mardi 18 juin 2019
Accueil | Nos régions | Le centre du Mali devenu un cimetière à ciel ouvert: L’ ATTAQUE D’HIER  COONTRE UN HAMEAU DE LA COMMUNE DE SANGHO FAIT PLUS DE 100 MORTS 

Le centre du Mali devenu un cimetière à ciel ouvert: L’ ATTAQUE D’HIER  COONTRE UN HAMEAU DE LA COMMUNE DE SANGHO FAIT PLUS DE 100 MORTS 

L’insécurité reste récurrente dans le Centre du Mali, particulièrement à Mopti où des attaques à mains armées continuent de faire des morts au sein de la population civile de la Région. Dans la nuit de dimanche à lundi, des Hommes armés non identifiés s’en sont pris à un hameau de la Commune de Sangha, dans le Cercle de Bandiagara. Selon des sources locales, tout le village a été incendié et plusieurs dizaines de corps calcinés. Ce massacre se produit quelques jours après l’annonce du Secrétaire Général de l’ONU Antonio Guterres sur des possibles atrocités dans cette zone du pays.

 

Après l’attaque du village d’Ogossagou qui a fait plus de 160 morts, c’est la population du village de Sobane, dans la Commune de Sangha, qui pleure ses morts. Ils ont été plusieurs centaines de personnes assassinées par des Hommes armés non identifiés qui ont pris d’assaut leur habitation, dans la nuit du dimanche 9 au lundi 10 juin. Situé à quelques kilomètres de la ville de Bandiagara, les assaillants sont arrivés à Sobane da,  vers les 17 heures, selon le Maire de la Commune rurale de Sangha. «Ils ont encerclé le village avant de l’incendier et les Habitants qui ont tenté de s’échapper ont été abattus», explique l’autorité communale. « Les gens ont été brûlés, il ne reste que de la cendre », déplore l’autorité.

Le bilan donné par le Maire fait état de près de 100 corps calcinés qui ont été découverts sur place. Il ajoute aussi que sur une population de 300 Habitants, seulement une cinquantaine de personnes répondaient à l’appel hier lundi.

Les forces de l’ordre maliennes se trouvant seulement à 17 km à Diankabou n’ont pas pu empêcher le massacre. «Depuis que les choses ont commencé, moi j’ai alerté les forces de l’ordre ; ils étaient à 17 km à Diankabou, toute la nuit elles ne sont venues, c’est aujourd’hui (lundi) à 9h qu’elles sont venues », dit le Maire joint par nos confrères de la Radio intercommunautaire Studio Tamani.

Par ailleurs, le Maire précise que le Chef du village a échappé de justesse et a reconnu certains assaillants qui gardaient leurs troupeaux.

Au moment de mettre cette information sur papier, c’était de la panique dans la  Commune rurale de Sangha et du Cercle de Bandiagara. Les Habitants attendaient encore l’arrivée de la Gendarmerie pour avoir l’autorisation d’inhumer les corps.

La milice dogon Dan Ambassagou, à travers un communiqué  laconique (à lire dans l’encadré), a exprimé son indignation suite à cette attaque qu’elle a qualifiée de barbare et ignoble.

Rappelons que trois jours avant la fête du Ramadan, deux villages peulhs ont été encerclés par des Hommes identifiés par les témoins comme des Dogons. Et c’est après des négociations entamées par nos forces militaires que ces villageois auraient été libérés. C’est ainsi dépaysé que les Habitants dont des enfants  se sont retrouvés à Sévaré sans rien. Le week-end dernier, un véhicule des villageois de Djoungani qui se rendaient au marché hebdomadaire de Koro, ont aussi sauté sur une mine faisant trois  (3) morts dont deux (2) sur place, un (1)  à l’Hôpital et  six (6) blessés graves.

A. Haïdara LE COMBAT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

APRES L’ATTAQUE DE SOBAME DA : La Minusma appelle les Maliens à «un sursaut national»

Se disant extrêmement préoccupée par les informations concordantes et corroborées par les autorités locales, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :