dimanche 19 septembre 2021
Accueil | Société | 16e Conseil d’Administration de l’Agence Nationale de Télésanté et d’Information Médicale (ANTIM): Le projet du budget 2020, estimé à 1. 400. 622. 000 FCFA

16e Conseil d’Administration de l’Agence Nationale de Télésanté et d’Information Médicale (ANTIM): Le projet du budget 2020, estimé à 1. 400. 622. 000 FCFA

Le Conseiller Technique du ministère du ministère de la Santé et des Affaires Sociales, M. Sékou Oumar Dembélé  Président du Conseil d’Administration de L’ANTIM a présidé la 16e session du conseil d’administration de ladite agence. C’était vendredi 13 mars 2020, dans la salle de conférence de la Maison des Aînés, en présence des administrateurs ; des membres du Cabinet et du Secrétariat Général du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales; des personnes-ressources ; ainsi que des membres de la Direction Générale de l’Agence Nationale de Télésanté et d’Informatique Médicale (ANTIM).

 

Au cours de son discours d’ouverture, le Conseiller technique au ministère de la Santé et des Affaires Sociales, Sékou Oumar Dembélé, représentant le ministre Michel Hamala Sidibé a précisé que la présente session ordinaire du conseil d’administration de l’ANTIM est essentiellement consacrée à l’examen et l’adoption : du procès-verbal de la 15e session du CA ; des rapports d’activités et financiers de l’année 2019 ; du programme d’activités et du budget-programme 2020 ; du Document de Programmation Pluriannuelle des Dépenses 2020-2022 ; du rapport annuel de performance 2019 et du projet annuel de performance 2020.

Au titre de l’année 2019, sur 51 activités programmées, l’Agence a réalisé 40 soit un taux de réalisation de 78% contre 77% en 2018.

Il a indiqué que dans le cadre de la mise en place d’une administration numérique avec des données fiables et sécurisées, l’Agence en collaboration avec l’AGETIC, a procédé à la création d’adresses professionnelles, au profit de 24 structures du ministère de la Santé et des Affaires Sociales.

Aussi, dans la mise en ouvre du budget programme au Mali, l’ANTIM comme d’autres structures, se trouve dans le programme 4 dudit ministère, dont l’objectif général est d’améliorer la performance des hôpitaux, des institutions de recherche et des établissements spécialisés dans le domaine de la santé.

« L’agence s’est fixé comme objectif spécifique au sein du programme 4 : de réduire les conséquences sanitaires des urgences liées aux désastres, crises et conflits, et de minimiser leur impact social et économique. Les objectifs opérationnels pour l’agence consistent à : mettre la santé numérique (digitale, télé-santé, cyber santé) au service des structures de santé et des Affaires Sociales pour améliorer la qualité des prestations de service et de soins ; renforcer les capacités techniques et financières de l’agence pour soutenir la santé numérique au Mali », a-t-il martelé.

Il a poursuivi que comme perspective pour l’année 2020, en vue de maintenir les acquis et améliorer les principales insuffisances notées en 2020, l’agence préconise : l’informatisation des établissements de santé (4 sites au moins); la participation au mois de la solidarité par l’organisation des séances de télé consultation et de télé expertise Solidarité) ; l’assistance technique aux structures de santé dans le cadre de leurs processus d’informatisation en collaboration avec toutes les parties prenantes ; l’acquisition d’une plateforme intégrée de télé-santé ; entre autres.

En effet, il a fait savoir que, pour faire face à ses missions, l’agence doit nécessairement avoir les moyens à hauteur de ses ambitions ; c’est pour cela que le projet du budget est estimé à 1.400.622.000 FCFA (un milliard quatre cent trois millions six vingt-deux mille).

Selon lui, la durabilité des acquis de l’agence de sa création en 2008 à nos jours ne serait possible que si elle reçoit l’accompagnement nécessaire et effectif de tous les acteurs impliqués dans les prises de décision et une augmentation conséquente de la ligne budgétaire « investissement » pour faciliter l’acquisition des plateformes intégrées de télé-santé et des équipements technologiques adéquats afin de soutenir les activités de la santé digitale dune part, et une mobilisation des ressources propres afin de fidéliser le personnel spécialisé, d’autre part.

Aïssetou Cissé

Djibril Coulibaly

Voir aussi

OZONE MALI: La fin ?  

    Six ans après son arrivée triomphale à Bamako à la faveur d’un accord …

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils