mardi 24 avril 2018
Accueil | Société | Vol à main armée à Kanadjiguila et à Mamaribougou : Une perte estimée à plus de 5 millions de FCFA

Vol à main armée à Kanadjiguila et à Mamaribougou : Une perte estimée à plus de 5 millions de FCFA

Le samedi dernier, à 19 heures, les quartiers périphériques de l’Ouest de Bamako, à savoir Kanadjiguila et Mamaribougou, ont été le théâtre d’une série de cambriolages ayant laissé dans l’émoi tout le monde. Il s’agit de deux pharmacies dévalisées dans l’intervalle de moins d’une heure d’horloge.

 Les faits se seront déroulés entre 19 H et 19 30 MN. Une scène où tout le monde ne s’y attendait pas. Selon nos sources, les cambrioleurs au nombre de quatre ou, selon d’autres sources, trois étaient bien armés (des pistolets mitrailleurs et bien formés pour mener l’opération).

En tout cas, au cours de cette opération, les quelques clients présents en plus du personnel de la Pharmacie de service ont tous été pris comme bouclier. Tout le monde a été tenu aux respects ; donc, gare à celui qui se hasarderait à riposter contre tout corps rebelle afin de bien mener le sale coup. Après avoir contraint tout le monde de s’étaler par terre sur le ventre plat, les bandits de grand chemin ont saccagé les ordinateurs croyant avoir en face des caméras de surveillance. Le tout aurait commencé par la Pharmacie Faran DABO à Kanadjiguila où le pauvre gardien vaquait à ses obligations de bon croyant (priait) à l’intérieur et n’avait comme seul moyen de défense qu’un bâton. Alors, les visiteurs n’ont eu qu’à faire retentir quelques cinq coups de feu en l’air pour intimider les quelques clients présents dehors lors de l’attaque. Un des cambrioleurs tous cagoulés et armés jusqu’aux dents était posté dehors et deux étaient dedans pour mener l’opération. Selon un spectateur, le pauvre caissier aurait reçu un coup à la tempe pour vider rapidement les recettes et ceci en moins de 10minutes seulement. Chose faite.

Ensuite, la pègre fonce vite sur le quartier de Mamaribougou, la deuxième cible est la pharmacie Laya et c’est là-bas même qu’il y a eu le vrai scénario. En tout cas, on aurait à faire à des bandits bien formés, bien puissamment armés et apparemment bien entraînés. Un fait qui laissa tout le quartier dans l’impasse, une scène comme pour Kanadjiguila et Mamaribougou était en face d’un écran géant pour regarder le film «Les gangsters de New York».

Aliou Badra Wade, Président de l’Ordre des Pharmaciens du Mali, qualifie l’acte de barbare, lâche et demande, à cet effet, à ce que les autorités prennent des dispositions pour la sécurité des pharmacies du Mali qui font l’objet d’attaques bizarres. Ce serait la deuxième fois que la pharmacie Laya est victime d’un tel acte de vols à mains armées.

Evidemment, les forces de sécurité les plus proches n’ont pas pu ou voulu intervenir à temps. La Brigade de défense construite il y a de cela plus d’un an n’est toujours pas fonctionnelle alors que Mme Fatoumata Mariko est déjà nommée comme Chef d’escadron. Une Brigade sans effectifs ni véhicules. Donc, juste pour embellir l’image de la Commune IV.

Selon Mahamadou DABO, Promoteur de la Pharmacie Faran DABO, quand ces individus arrivaient ils l’ont trouvé tout juste devant sa Pharmacie et le Gardien priait. Armés de PM, à bord de deux motos neuves ‘‘Marque SANILI’’ et une voiture, il a tenté de les empêcher de rentrer ; mais, ce fut en vain. La caisse est vidée sur place, les quelques clients présents ont tous été dépouillés de leurs biens (frais des médicaments, un téléphone d’une valeur de plus de 300.000 FCFA, etc.). Du coup la Pharmacie perd plus de 5 millions. Cela, sans compter les recettes du jour.

Quant à la Pharmacie Laya, elle aurait perdu une recette de plus de 350.000 francs CFA.

Mais, entre nous, qui aurait cru à une chose pareille ici à Bamako et à cette heure ci. Avec une telle opération menée en moins d’une heure, alors Kanadjiguila et Mamaribougou seraient devenus des quartiers plus criminogènes ou plus dangereux   qu’ Harlem City ?

Moctar N’DIAYE, Stagiaire : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Risque d’affrontements sanglants entre deux villages dans le Cercle de Kita : L’irresponsabilité du service local des eaux et forêts au centre des accusations

 Les villages de N’Ganou et Djéguila, à Fouladougou, Commune rurale de Sébékoro, Cercle de Kita, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *