vendredi 16 novembre 2018
Accueil | International | Trump au Royaume-Uni: une visite en catimini, face aux manifestations

Trump au Royaume-Uni: une visite en catimini, face aux manifestations

Après le sommet de l’Otan à Bruxelles, Donald Trump est arrivé à Londres ce jeudi après-midi, pour une visite de quatre jours. C’est la première visite du président américain au Royaume-Uni depuis son élection, mais ce n’est pas la visite d’Etat que lui avait promise la dirigeante britannique Theresa May. Sur fond de manifestations contre Donald Trump et de crise du Brexit, ce séjour sera court et discret.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Après des mois de tergiversations, Donald Trump s’est enfin décidé à venir au Royaume-Uni, mais ce n’est pas la visite d’État dont il avait rêvé. Pas de trajet en calèche avec la reine Elisabeth II, pas de séjour ni banquet d’honneur à Buckingham Palace ou encore au 10 Downing Street, la résidence officielle de Theresa May. À la place, des déplacements en hélicoptère les plus rapides et discrets possibles au-dessus de Londres pour ne pas s’exposer à l’hostilité de nombreux manifestants.

Quelque 50 000 personnes sont attendues lors d’une grande manifestation à Trafalgar Square vendredi 13 juillet, sans oublier le ballon dirigeable représentant le dirigeant en couche-culotte qui flottera au-dessus de Westminster le même jour. Pour éviter tout cela, Donald Trump va se rendre près d’Oxford pour un dîner avec Theresa May ce jeudi 12 juillet avant une réunion de travail demain à Chequers, dans la résidence de campagne de la Première ministre. Puis il prendra un simple thé avec la reine à Windsor, en espérant que tout se passe sans anicroche. Ce qui n’est pas gagné.

Le président américain a déjà évoqué la « tourmente » au Royaume-Uni après la démission de deux ministres-clés du gouvernement – dont le ministre des Affaires étrangères Boris Johnson – à cause du Brexit. Donald Trump a d’ailleurs rendu hommage à son « ami » Boris Johnson, disant espérer avoir le temps de le rencontrer lors de son passage à Londres. Autant de commentaires peu diplomatiques qui ne contribuent pas à détendre l’atmosphère.
rfi

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Insécurité dans le sahel : Les groupes djihadistes du Mali et du Burkina Faso s’en prennent au Niger

Le Niger, pays voisin du Mali, n’abritait pas avant de bases arrière de groupes djihadistes.  Mais …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :