mardi 11 décembre 2018
Accueil | Politique | Second tour du scrutin présidentiel : Des incidents déplorés dans plusieurs localités du Centre et du Nord

Second tour du scrutin présidentiel : Des incidents déplorés dans plusieurs localités du Centre et du Nord

Malgré l’annonce faite par le Gouvernement avec la mobilisation de 6000 Hommes supplémentaires qui s’ajoutent aux 30.000 déjà déployés sur le terrain pour la sécurisation des opérations de vote du second tour du scrutin présidentiel, des incidents ont été signalés hier dans certaines Régions du Centre et du Nord du pays.

La crise sécuritaire qui s’est généralisée durant le premier quinquennat du Président sortant, Ibrahim Boubacar Kéïta, continue d’impacter sur la vie quotidienne et les droits civiques des populations locales dans plusieurs localités du Centre  et du Nord du pays. Malgré les engagements rassurants donnés par le Ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, Général Salif Traoré, les actes de représailles et les intimidations terroristes ont empêché plusieurs citoyens d’exercer leurs droits civiques qu’est le vote, hier dimanche.

Selon la radio intracommunautaire Studio Tamani, plusieurs localités de l’intérieur du pays ont été victimes d’invasions soudaines et violentes par des Hommes armés, hier, dimanche 12 courant, lors du deuxième tour de l’élection présidentielle. «Il n’y a pas eu de vote dans le village de Kinamé, situé dans le Cercle de Diré, Région de Tombouctou ; car, le matériel électoral a été enlevé, le samedi soir, par des individus armés non identifiés », nous a-t-on confirmé. Aussi, le vote a été suspendu dans plusieurs  centres de vote de la Commune rurale de Saa, Cercle de Youwarou. «Le Président du centre a fui avec l’urne», annonce la même source. Deux Bureaux de vote ont été également saccagés et brûlés par des Hommes armés dans la Commune de Diaptodji, Cercle de Douentza. Selon toujours la même source, des Hommes armés ont aussi attaqué un autre Bureau de vote dans la Commune rurale de Fituga, Cercle de Niafounké: «Des témoins affirment que des agents électoraux ont trouvé la mort », apprend-on de sources concordantes.

Rappelons que plus de 800 Bureaux de vote ont été perturbés lors du premier tour du 29 juillet dernier empêchant environ 245.000 électeurs d’exercer leur droit civique dans les Régions du Centre et du Nord dont Mopti, Ségou, Tombouctou et Ménaka.

Seydou Konaté :LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Marche du FSD et du Cofop : Tiébilé met en garde Soumeylou

Une forte Délégation de Religieux a été reçue au siège du Front pour la Sauvegarde …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :