mardi 17 juillet 2018
Accueil | Art & Culture | SALON INTERNATIONAL DE L’ARTISANAT DU MALI : Se réinventer pour faire face à la commande publique

SALON INTERNATIONAL DE L’ARTISANAT DU MALI : Se réinventer pour faire face à la commande publique

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, a présidé, samedi dernier, la cérémonie officielle d’ouverture du Salon international de l’artisanat du Mali (SIAMA). Pour la circonstance, il était accompagné notamment du Premier ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga, du ministre de l’Artisanat et du tourisme, Mme Nina Walett Intallou, des présidents des institutions, des membres du gouvernement, des ministres en charge de l’artisanat du Maroc, pays invité, et du Niger, ainsi que du président de la Commission de l’UEMOA. Cette édition du SIAMA se tient au Parc des expositions de Bamako en Commune V, en présence de plus de 1 000 exposants venus de toutes les régions du Mali. On note également la présence de plus de 200 étrangers venant du Burkina Faso, du Bénin, de la Côte d’Ivoire, de la Mauritanie, du Sénégal et du Togo. Au programme, en plus des expositions/ventes des produits d’artisanat, des défilés de mode, des conférences/débats et des ateliers s’étaleront jusqu’au 26 novembre prochain. Le président de la République a visité un certain nombre de stands maliens et étrangers pendant plus d’une heure. A l’issue de cette visite, il s’est dit impressionné par ce qu’il a vu. La qualité, le professionnalisme, l’actualité des œuvres contemporaines qui intègrent le passé et le présent du Mali et qui nous projettent vers l’avenir, jusqu’à cette œuvre électronique ou l’e-artisanat. Cela veut dire que la Chambre des métiers est consciente de son rôle national et de sa mission historique et qu’elle s’y est bien préparée et a bien préparé ses adhérents. Le chef de l’Etat a réagi aux propos du président de l’Assemblée permanente des chambres de métier du Mali (APCMM) qui avait demandé dans son discours de confier aux artisans maliens la commande publique. «Désormais l’expérience et le savoir-faire de l’artisanat seront tenus en compte», a dit Ibrahim Boubacar Keïta. Il y a encore des efforts à faire au niveau des équipements. Et nous y contribuerons à travers la coopération et nos relations internationales, notamment pour ce qui est des machines-outils plus performantes qui conviennent pour faire la «belle œuvre», cela est également une demande, et nous en tiendrons compte ». Le président a également tenu à saluer le travail du ministre de l’Artisanat et du tourisme qui tient à bout de bras ce SIAMA et qui a tenu à ce qu’il ait lieu.
lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Littérature africaine : L’écrivain malien Yambo Ouologuem réhabilité à Lomé

Spécialiste du roman historique et du pamphlet, Yambo OUOLOGUEM rappelé à Dieu le 14 octobre …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *