mardi 24 avril 2018
Accueil | Société | Retour d’ATT : De persona non grata à un homme très sollicité

Retour d’ATT : De persona non grata à un homme très sollicité

Il a quitté le Mali depuis 6 ans pour des raisons de sécurité. Le dimanche 24 DECEMBRE, son avion a atterri à l’aéroport de Sénou « Modibo Keita.  Le père de la démocratie malienne, Amadou Toumani Touré, est arrivé à Bamako aux environs de 12 heures.

Sur  le tacmard de l’aéroport, devant l’avion présidentiel qui nous a ramené l’ex président, une  foule nombreuse était entassée. Des journalistes mêlés à des badauds avaient tous en leur possession, soit une caméra, un appareil photo ou un Smartphone. Chacun voulait  être le premier à immortaliser cet instant fort en émotion.

Vêtu d’un grand boubou blanc, un bonnet blanc, l’ex-président avec le visage illuminé, descend de l’avion accompagné de son épouse Lobbo, ses enfants et petits-enfants. Un retour triomphal orchestré par le régime sur place. Cependant, il avait un désordre imaginable dans cet aéroport, comme si rien n’a été organisé à cet effet. Pourtant, le retour de l’ex président Touré a été annoncé depuis quelques jours.

AT T a été accueilli par le Premier Ministre, Abdoulaye Idrissa Maïga,  le Ministre de l’Intérieur  et de la Sécurité, le Général  de Brigade Salif Traoré ;  le Maire central de Bamako, Adama Sangaré, et d’une foule nombreuse et de hautes personnalités nostalgiques du système pour qui le Peuple a chanté : « ATT, an bè ça e nofè » (Nous mourrions pour toi).

Durant tout le trajet, deux heures environs, de l’aéroport à la résidence de IBK, l’ancien président est resté débout pour saluer ceux qui sont venus l’acclamer.

Ensuite, la famille Touré a déjeuné dans la demeure du couple IBK, sise à Sébénikoro pour après se rendre à l’ACI dans la villa de sa fille Fanta.

Plus tard dans la journée, les amis et proches les ont rejoint pour des échanges aimables.

ATT devait aussi se rendre dans la famille Koné pour  présenter ses condoléances du décès  de son ami et compagnon d’armes Kafougouna Koné ainsi que la mère de ce dernier. Ensuite, il s’est envolé dans un avion de l’armée affrété à cet effet pour se rendre à Mopti hier lundi afin de s’incliner sur la tombe de sa mère.

Un retour tant  attendu par une tranche du la population déçue par leur actuel président, mais aussi par ceux qui sont toujours restés fidèles à l’ancien président contre vents et marré.

Quand la question a été posée de savoir les raisons qui l’ont poussé à revenir, il a répondu que c’est par amour et qu’il n’a été soumis à aucune condition.

«Le moment est venu de dire à notre jeune frère Amadou Toumani Touré de revenir au Mali. C’est pourquoi, au nom du Mali, je l’ai décidé. Je dis : Mon cher cadet, il est temps de revenir, le climat me semble favorable », avait déclaré, le vendredi dernier, le Président IBK, au Palais des Sports de Bamako, lors de la cérémonie d’ouverture de la Journée nationale des communes.

Général à la retraite, élu Président de la République en 2002 et réélu en 2007, ATT a été renversé, le 22 mars 2012, par la bande des Sanogo qui l’accusaient de laxisme et d’insouciance face à la rébellion dans la gestion de la crise du Nord. En avril 2012, ATT a  publiquement démissionné, puis a quitté le Mali pour Dakar avec sa famille.

Il avait été menacé de procès pour haute trahison en décembre 2013, mais l’Assemblée Nationale a rejeté à l’unanimité, en décembre 2016, la motion d’ouverture des poursuites contre lui. Surtout que c’est le putsch de 2012 qui a précipité la déroute de l’Armée malienne face à la rébellion. Puis les grandes villes du Nord sont tombées les unes après les autres, aux mains des Djihadistes et du MNLA. Les groupes djihadistes liés à Al-Qaïda y avaient instauré la charia islamique.

Ces groupes djihadistes ont été chassés par l’intervention des troupes militaires françaises déployées dans le Nord en janvier 2013 par l’ex Président Hollande.

Qui sait ? ATT reprendra éventuellement ses relations avec son peuple et ramènera peut être la paix sur la terre malienne

Mahamadou Yattara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Risque d’affrontements sanglants entre deux villages dans le Cercle de Kita : L’irresponsabilité du service local des eaux et forêts au centre des accusations

 Les villages de N’Ganou et Djéguila, à Fouladougou, Commune rurale de Sébékoro, Cercle de Kita, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *