mercredi 26 septembre 2018
Accueil | Politique | Reconduction du Ministre Mohamed Ag Erlaf : L’indifférence avérée d’IBK à la question de transparence électorale

Reconduction du Ministre Mohamed Ag Erlaf : L’indifférence avérée d’IBK à la question de transparence électorale

De la prédation au tripatouillage des résultats  au profit de son mentor IBK, le Ministre à multiples facettes, Mohamed AG Erlaf, fraichement reconduit à la tête de son Département, devient de plus en plus décrié par les grands acteurs de la scène politique et sociale malienne. En un mot, le maintien de cet Homme au sein de ce nouveau Gouvernement d’IBK présage une énième déception. 

Ce n’est pas grave de commettre une erreur voire une faute, une fois dans sa vie. Mais y récidiver relève de la mauvaise foi de l’auteur ou la méconnaissance de l’objet. IBK ne fait-il pas  semblant d’ignorer jusqu’à tel point Mohamed Ag Erlaf est détesté sur le terrain pour lui reconduire à la tête du même Département ? C’est du moins la question qui taraude les esprits des observateurs de la scène politique malienne. A vrai dire, IBK ignore bien des réalités du terrain. Sinon il n’allait pas faire la reconduction de vingt-quatre (24) membres de l’ancien Gouvernement dont Ag Erlaf. La plupart d’entre ces gens ne font que  d’exposer leurs irresponsabilités et leur manque de compétences face aux grandes attentes de la population malienne. Haro sur cette politique délabrée et puérile de prétendre faire du nouveau avec des anciens corrompus jusqu’à la moelle.

En effet, après un scrutin présidentiel transformé en un Coup d’État constitutionnel sur fond de fraudes massives et de bourrages d’urnes dénoncés ouvertement par une grande partie de la classe politique et de la société civile qui n’ont pas voulu  reconnaitre la réélection d’IBK pour un second quinquennat après le verdict des neuf Sages de la Cour Constitutionnelle, le même Ministre a été reconduit à la tête du même Département pour les préparatifs d’une autre mascarade électorale ; pardon des élections législatives qui  se tiendront probablement courant  octobre prochain, selon le Décret pris par le PM Soumeylou Boubèye Maïga portant convocation du collège électoral. En commettant une telle indifférence avérée, l’image qui ressort est que sous le Régime du villégiateur, Ladji Bourama, l’indélicatesse envers les Maliens, la médiocrité et la forfaiture peuvent bénéficier d’une promotion sans merci. Et le passage honteux de l’actuel Premier Ministre au Ministère de la Défense ne nous le démentira pas. Cela veut dire ce que ça veut dire. En substance, Ag Erlaf qui a été demandé de démissionner par une  vingtaine de candidats suite à la proclamation des résultats tripatouillés à l’issue du premier du 29 juillet et  pour impartialité et violation grave de loi électorale se retrouve encore gracié,  promu et acclamé par Mandé Mansa, le prometteur du slogan creux de sens : «Tolérance zéro». C’est cet Homme  qui s’est focalisé sur la décision illégale de la Cour Constitutionnelle sur l’utilisation de la procuration sur la base d’une  liste communale. Il a ainsi ouvert la porte aux Préfets et Sous-préfets, aux Maires dans leurs circonscriptions respectives à autoriser l’utilisation des procurations sur la base d’une liste communale en violation flagrante et délibérée de la loi électorale qui stipule que  : «Les procurations ne peuvent être données que sur base d’inscription sur la même fiche électorale dans le même Bureau où on se trouve». C’est du moins ce qu’a expliqué  le Juriste Mohamed Aly Bathily.

De la politique à la scène sociale, la crise de confiance entre  les institutions et les acteurs politiques et sociaux est connue de tous. Et les esprits se chauffent de plus en plus. Conséquences : IBK n’est jusque-là pas reconnu par le Chef de file de l’opposition, Soumaïla Cissé tout comme par les Oumar Mariko, Mountaga Tall, Moussa Sinko Coulibaly, Mohamed Aly Bathily, Choguel Kokala Maïga, et tant d’autres.  Et, c’est au tour du Collectif pour la Défense de la République (CDR) d’annoncer sa non-participation aux élections législatives. Cela, selon Ras Bath, vu le manque de transparence  des monstrueuses structures en charge du processus électoral : «Le CDR annonce sa non-participation aux élections législatives annoncées par le Gouvernement pour les mois d’octobre et de novembre 2018, tant qu’elles seront organisées par Ag Erlaf, sur la base du fichier aux versions multiples et surveillées dans des zones du Nord et du Centre par des Groupes armés ». C’est ce qu’a révélé le célèbre chroniqueur Mohamed Youssouf Bathily dit Rast Bath lors de leur dernière conférence de presse tenue le 11 septembre dernier à la Maison de la presse.

La perte des valeurs cardinales comme la dignité et l’honneur et le déclin de la conviction et de la morale politique au Mali se généralisent et deviennent le propre de nos actuels Dirigeants. Jadis, un Dirigeant aurait préféré se démettre de ses fonctions, voire se suicider que de cautionner l’échec patent pour son intérêt personnel et encore pire  d’une façon si éhontée comme celle du Ministre Ag Erlaf. Avec ces incompétents, ces m’as-tu-vu et opportunistes dans le tout premier Gouvernement d’un régime qui se dit la continuité d’un autre, les Maliens auront à assister aux mêmes  spectacles abjects avec toutes sortes de souillures morales et politiques.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

LE MALI INDEPENDANT A CINQUANTE HUIT ANS (suite et fin) : Bilan d’un parcours politique fait de hauts et de bas

ALPHA OUMAR KONARE L’élection présidentielle du 12 et 26 avril 1992 clôt le processus électoral …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *