samedi 16 février 2019
Accueil | Politique | PROJET DE FUSION ADEMA-RPM-URD- ASMA ET UDD : Quand l’initiateur SBM devient l’obstacle

PROJET DE FUSION ADEMA-RPM-URD- ASMA ET UDD : Quand l’initiateur SBM devient l’obstacle

Le deuxième congrès ordinaire de l’Alliance pour la solidarité au Mali-Convergence des Forces Patriotiques (ASMA-CFP), tenu le 31 décembre 2018, semble donner un nouvel élan au Premier ministre et président du parti Soumeylou Boubèye Maiga, pour initier un rapprochement des partis issus de l’ADEMA que sont le RPM, l’URD et l’ASMA-CFP. A ceux-ci, il voudrait associer celui de son ami et frère Tiéman Hubert Coulibaly, à savoir l’UDD. Cette initiative, si elle a été saluée par certains militants des différents partis, elle parait utopique pour d’autres à cause de l’initiateur.
Au Mali, plus d’un observateur est persuadé que la composition du paysage politique est loin d’être terminée. Pour plus de stabilité et un ancrage véritablement démocratique, il est nécessaire que les partis politiques se regroupent par courants de pensée et d’idéologie afin de mettre fin à la transhumance et surtout instaurer des véritables débats en leur sein. C’est certainement ce sentiment qui a animé le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga après la cérémonie d’ouverture du 2ème congrès de son parti qui a vu la participation de la quasi-totalité des partis politiques, de la Majorité comme de l’Opposition. Et c’est d’ailleurs, au cours de cette cérémonie que le deuxième vice-président de l’URD, principale force de l’Opposition, Ibrahima N’Diaye a tenu un discours historique tendant à décrisper la confuse et délicate situation politique. Le Président de l’ASMA- CFP a saisi cette occasion offerte par l’URD pour pousser ses pions en déclarant qu’il ferait tout son possible pour que l’ADEMA, le RPM, l’URD, l’ASMA-CFP et l’UDD fusionnent pour former un grand mouvement politique. Pour beaucoup d’observateurs le projet de fusion des partis sus-cités semble utopique à cause de l’initiateur. En voici trois raisons.
Première raison : Soumeylou Boubèye Maiga passe aujourd’hui pour être celui qui sème la zizanie au sein des deux grands partis qui devraient être les têtes de proue de son projet de fusion, à savoir l’ADEMA et le RPM. Dans le premier parti, il serait à la base de tous les remous tendant à éjecter Tiémoko Sangaré de son fauteuil de Président. Dans le second parti, à savoir le RPM, il a non seulement débauché des députés et cadres, mais aussi et surtout, il est à l’affût d’autres cadres au point que le Président du RPM lui a sermonné lors d’une conférence régionale de son parti. SBM pourrait-il convaincre Tiémoko Sangaré et Bocari Tréta du bien-fondé de son initiative ?
Deuxième raison : La suspicion d’un agenda personnel du premier ministre Soumeylou Boubèye Maiga serait un autre obstacle pour la réalisation de ce projet. En effet, beaucoup de leaders de partis comme entre autres l’URD et le RPM soupçonnent SBM de rouler pour lui-même et d’avoir comme ligne de mire la présidentielle de 2023. Pour beaucoup d’observateurs l’ambition pour SBM de succéder à IBK après son second mandat ne fait l’ombre d’aucune ambigüité, donc tout acte qu’il pose à un relent politique. Sachant bien cela, un parti comme l’URD avec son leader Soumaila Cissé, qui n’a pas renoncé à ses ambitions présidentielles, dira difficilement oui à SBM.
Troisième raison : Le choix de l’UDD par SBM que rien ne saurait expliquer. Pour beaucoup d’observateurs le choix de l’UDD, qui n’est ni du Mouvement démocratique, ni de la même idéologie politique que l’ADEMA originel, ne pourrait s’expliquer que par l’amitié politique qui lie SBM à Tiéman Hubert Coulibaly. Sinon, le fondateur de l’UDD qui est Moussa Balla Coulibaly a toujours revendiqué l’héritage de l’Union Démocratique du Peuple Malien, UDPM. Il s’est toujours dit « Moussaïste ». Alors, comment un parti du Mouvement démocratique pourrait-il s’accommoder d’un autre qui est fier de son passé dictatorial ? La présence de l’UDD ne peut procéder que d’un élargissement de la base politique de Soumeylou Boubèye Maiga en vue des élections futures, mais elle gênerait les autres partis et pourrait être un frein à la fusion tant souhaitée par SBM.
Youssouf Sissoko
youssouf@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Une Délégation du parti MIRIA en visite de travail au siège des FARE Anka wuli : Les concertations nationales au cœur des débats

Conduite par le Président du parti, Dr. Mamadou Kéïta,  une forte Délégation composée des cadres du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :