mercredi 20 juin 2018
Accueil | Société | PROCESSUS ELECTORAL : La société civile largement briefée

PROCESSUS ELECTORAL : La société civile largement briefée

Les organisations de la société civile (OSC) doivent se montrer davantage actives en période électorale en contribuant à une bonne sensibilisation des électeurs. Elles ne sauraient jouer pleinement ce rôle que quand elles sont suffisamment édifiées sur le processus. D’où l’initiative du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation d’entretenir régulièrement, à travers un cadre de concertation, les acteurs de la société sur les préparatifs de la prochaine présidentielle. Jeudi dernier, ces acteurs de la société ont été suffisamment briefés sur les innovations introduites par la nouvelle loi électorale par le secrétaire général du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, Baba Hamane Maïga. Celui-ci a aussi apporté des réponses aux préoccupations des uns et des autres. Dans ses propos introductifs, Baba Hamane Maïga a mis en exergue le rôle éminemment important des OSC dans la réussite des élections. Pour lui, elles doivent contribuer particulièrement à l’instauration d’un climat apaisé aux fins de rassurer davantage les citoyens et toutes les parties prenantes sur la volonté du gouvernement d’organiser une élection présidentielle inclusive et transparente. Cette volonté du gouvernement, a étayé l’administrateur civil, est soutenue par les dispositions prises à travers la nouvelle loi électorale qui «réduit considérablement le risque de fraudes». Le secrétaire général s’est appesanti sur les innovations majeures qu’apporte cette loi. Elles sont relatives, entre autres, à la carte d’électeur biométrique, au bulletin de vote, au délai pour la proclamation des résultats provisoires et à la procuration. S’agissant de cette dernière, elle est délivrée «aux électeurs qui établissent que des obligations dûment constatées les placent dans l’impossibilité d’être présents dans leur lieu de vote le jour du scrutin». Il s’agit, entre autres, des agents de l’Etat en mission sur le théâtre des opérations ou en mission commandée, les membres de la CENI, les présidents et les assesseurs des bureaux de vote, les délégués de la Cour constitutionnelle, des partis politiques et des candidats, les personnes détenues non condamnées à une peine privative de droits civiques. Concernant le bulletin de vote, il porte au verso, dans les champs déterminés, les mentions manuscrites ci-après : les signatures de l’assesseur de l’opposition et celui de la majorité, la désignation du centre de vote, les informations relatives à la commune, au cercle et à la région ou au District, à l’ambassade ou au consulat et à la date du scrutin. «Tous ces changements découlent d’une concertation entre les parties», a relevé le secrétaire général qui a souligné le fait «l’abstinence de l’opposition lors du vote de la loi nouvelle loi électorale modifiée»

lecombat.fr

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Recrudescence des attaques mortelles au centre du Mali : Un Gendarme tué à Toguéré Koumbé et quatre civils morts dans l’explosion d’un IED vers Dialloubé

Au moment où Bamako vit au rythme des combines politiciennes aux ardeurs de la campagne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *