dimanche 21 octobre 2018
Accueil | Politique | Présidentielle de juillet 2018 : L’arrivée des cartes d’électeurs en juin prochain

Présidentielle de juillet 2018 : L’arrivée des cartes d’électeurs en juin prochain

Le  Ministère de l’Administration Territoriale du Mali informe d’être fin prêt pour l’organisation du scrutin présidentiel du 29 juillet 2018. Selon son Secrétaire Général, Baba Hamane Maïga, les cartes d’électeur biométriques arriveront au Mali dans la première semaine du mois de juin prochain. Et qu’il aura du temps  pour la distribution. 

Le Département de l’Administration Territoriale s’est entretenu avec la presse sur les préparatifs du scrutin  présidentiel de 2018.

À  cet effet,  les Responsables du Ministère de tutelle ont animé un point de presse, hier, jeudi 17 mai 2018, dans la salle de conférences du département.

Aux dires de    Baba Hamane Maïga, l’Administration malienne est fin prête pour relever le défi de l’organisation de la présidentielle de 2018.

«Aujourd’hui, nous sommes fin prêts pour l’organisation du scrutin du 29 juillet 2018. Fin prêt, c’est avec l’accompagnent de tout le monde…Nous sommes optimistes au niveau du comité d’organisation. Au-delà des dispositifs sécuritaires, toutes les dispositions sont en cours pour permettre aux Maliens de voter le 29 juillet prochain et du 12 août 2018 s’il y a eu lieu de second tour», déclara-t-il.

Parlant des cartes d’électeurs biométriques, le conférencier rassure que le plus difficile n’est pas leur production, mais leur distribution. À l’en croire, le Mali aura ses cartes dans la première semaine du mois de juin 2018.  « Concernant les cartes d’électeur biométriques, le plus difficile n’est pas leur production, mais c’est surtout leur distribution. On n’a pas d’inquiétudes pour leur production. La première semaine du mois de juin, Inchallah, toutes les cartes d’électeur biométriques seront là à Bamako. Et la distribution  sera immédiatement commencée. Je dis bien début juin… », informe Baba Hamane Maïga.  Et de promettre qu’« On va gagner du temps pour la distribution».

Le secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale s’est félicité  du fait que tous les actes législatifs et réglementaires devant encadrer le scrutin sont prêts à la date d’aujourd’hui. «Le collège électoral a été convoqué et la campagne électorale est prévue pour le 7 juillet 2018 », argue-t-il.

Concernant le préavis de grèves des Administrateurs du Mali, il balaye d’un revers de main. Selon lui, langue a été prise avec eux. Et qu’un climat apaisé règne présentement entre l’État et le syndicat des Administrateurs du Mali.

Par ailleurs, M. Maïga s’est étalé sur les rôles des différents acteurs de la tenue de l’élection. Notamment, le Ministère de l’Administration Territoriale ayant un  rôle limité et encadré. Il s’occupe uniquement, détaille-t-il, de l’organisation matérielle et technique des opérations. Et de proclamer les résultats provisoires de tous les scrutins.

Ensuite, continue notre interlocuteur,  les élections se font sur la base d’un fichier électoral. La Direction Générale des Élections (DGE) est l’organe chargé de la gestion de ce fichier  en passant par son élaboration.

Quant à la CENI, le troisième acteur, elle est la superviseuse générale. La CENI est chargée de la supervision de toutes les opérations depuis la confection des listes électorales jusqu’à l’intérieur des Bureaux de vote.  «C’est un véritable Gendarme », rappelle Baba Hamane. Et ; enfin, la Cour Constitutionnelle proclame les résultats définitifs. Ce sont les acteurs majeurs des élections ayant chacun ses démembrements sur le territoire.

En outre, le Secrétaire Général du Ministère de l’Administration Territoriale, s’est exprimé sur les innovations majeures dans le cadre de la révision de la loi électorale. De ses explications, la loi électorale exige à tout candidat à la présidentielle, par rapport au parrainage, d’avoir les soutiens au moins le minimum de dix Députés, ou cinq Conseillers municipaux par Région. Il précise que les autorités intérimaires ne sont pas prises en compte parmi les conseillers municipaux qui doivent parrainer une candidature.

Oumar Diakité: LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Gouvernement-Magistrats: Un simple combat d’orgueil !

Hyper indignés contre le décret du gouvernement tendant à réquisitionner les magistrats grévistes, le Syndicat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *