lundi 22 octobre 2018
Accueil | Politique | Présidentielle de 2018 : 2 Favoris apparents, 3 cachés et les autres…

Présidentielle de 2018 : 2 Favoris apparents, 3 cachés et les autres…

Ils sont déjà en course, tous les 24 candidats retenus par la Cour constitutionnelle pour l’élection présidentielle de 2018. De sérieux aux vacanciers en passant par des tocards, on remarque visiblement deux grands favoris apparents, 3 favoris cachés  qui ont de réels atouts pour être, l’un ou l’autre, le futur locataire de Koulouba.

Les deux favoris (2)

Pour convaincre les 8.461.000 électeurs de l’intérieur du pays et de la diaspora, les indices et réactions prouvent à suffisance le retour du même scénario qui a engendré un énième  duo infernal entre le Président sortant Ibrahim Boubacar Kéïta  du parti Rassemblement pour le Mali (RPM) et Soumaïla Cissé, le Chef de file de l’opposition, candidat investi de l’URD ; tous deux issus de la même famille politique.

Ibrahim Boubacar Kéïta 

D’un long parcours politique à partir de l’ADEMA-pasj pour aboutir à la création de son parti, le RPM, Ibrahim Boubacar Kéïta est arrivé à se faire élire avec 77,61 % en 2013 sur la base des images d’Homme dur qu’il s’est fait lorsqu’il était Premier Ministre d’Alpha Oumar Konaré en 1994, et Président de l’Assemblée Nationale sous le Régime d’ATT. Affectueusement appelé IBK  ou  «Kan kelentigui», l’élu de record, malgré un bilan jugé négatif, reste le favori logique comme l’Histoire d’élections en  Afrique en général et au Mali en particulier. Le  Président sortant, candidat à sa propre succession, ayant en main l’appareil électoral et tous les moyens de l’État, est d’emblée favori avec grandissime jusqu’à ce que les urnes prouvent le contraire. Avec un nombre élevé d’élus locaux et une majorité à l’Hémicycle, IBK a les ressources humaines dans le Mali profond pour  revivifier la confiance qui lui charmerait aux yeux de son électorat de 2013.

Soumaila Cissé 

L’année 2018 est-elle celle de la victoire escomptée? Certainement oui pour plusieurs partis politiques et des associations de la société civile qui ruent vers lui depuis quelques mois. Fervent économiste et anti-putschiste lors du coup d’État qui a fait tomber le Régime d’ATT en  2012, Soumaïla Cissé est Homme politique à la carrière reconnue au niveau sous-régional et international. Le candidat investi de l’Union pour la République et la Démocratie (URD), après tant d’échecs depuis des années, pense « Restaurer l’espoir  » cette année comme le titre son programme de société. Le principal rival du Président sortant lors de l’élection présidentielle de 2013 au deuxième tour est proche des banquets de Koulouba cette année. Il est également épaulé  par les principales figures des différents mouvements révolutionnaires qui ont fait peur au régime d’IBK notamment la Plateforme Antè A Bana lors de l’histoire de la fameuse révision constitutionnelle. À cela, le fait qu’il a plus de 1700 Conseillers communaux, plus d’une centaine de cadres politiques, un nombre important de Députés, Soumaïla Cissé demeure pour beaucoup de Maliens, le candidat solide et le mieux implanté pour pouvoir bousculer « le Mandé mansa » de Sebenikoro.

 Les favoris cachés

Cependant, de nouvelles figures qui émergent sur la scène politique nationale peuvent secouer le cocotier en créant la surprise à l’issue de cette élection présidentielle de 2018. Certains, ces dernières années, ont su exposer leur  sens constructif aux Maliens à travers les Responsabilités conférées ou des actions d’assistance.

Cheick Modibo Diarra 

Génie de la grande société d’exploration américaine, la NAZA, le candidat investi du parti RpDm n’est, surtout, pas à négliger pendant le scrutin du 29 juillet prochain. Dans les marchés, les grins et bureaux, son nom revient  quotidiennement. Porte-étendard de la Coalition CMD qui regroupe des personnalités comme l’ancien Premier Ministre Moussa Mara, Dr Cheick Modibo Diarra, pendant la transition de 2012, a su recoudre le tissu social, de la crise de confiance entre l’Homme politique et le citoyen malien lambda qui ne savait plus à quel saint se vouer  dans le choix entre ces Hommes politiques. Qualifié comme l’un des plus « sérieux » des candidats par une grande partie du monde rural qui représente 50% de l’électorat malien, avec ce prestige national et sa renommée internationale, le natif de Kayes pourrait être le vainqueur du 29 juillet prochain selon les témoignages de nombreux sondages.

Modibo Sidibé 

Investi par les Forces Alternatives pour le Renouveau et l’Emergence (FARE), membre signataire de la plateforme d’alliance ‘’Les bâtisseurs ‘’, ancien Premier Ministre de l’ex Président Amadou Toumani Touré, l’opposant Modibo Sidibé reste l’un des candidats qui maitrisent le mieux le Mali profond et les rouages de l’administration malienne. La franchise et la proximité qu’il a pu bâtir ces dernières années auprès des Maliens des coins les plus reculés peuvent lui faire cet homme de la surprise de la nuit du 29 juillet.

Aliou Boubacar Diallo 

Candidat investi par l’ADP-MALIBA, le parti de la deuxième force de l’opposition  avec 9 Députés à l’Assemblée Nationale, près de 300 conseillers communaux, et la plateforme Ensemble pour le Renouveau Mali, soutenu par le père fondateur du Mouvement politico-religieux SABATI 2012, le très respectueux Chérif Bouyé Haïdara du Nioro du Sahel, Aliou Boubacar Diallo  est à sa première descente dans l’arène politique pour rivaliser les candidats traditionnels. Susceptible de transformer l’Histoire politique du pays en remportant une présidentielle à sa première expérience par l’estime qu’il a auprès des Leaders religieux. Cette surprise n’est pas à exclure du tout. L’Homme d’Affaires de notoriété internationale, le richissime minier de la société Wassoulou’Or s’implante harmonieusement dans l’intérieur du pays avec des visages jeunes. Ce maillage territorial, lui permettrait d’être l’Homme du grand rendez électoral du 29 juillet prochain. En tout cas, tout porte à croire que c’est seul et vrai favori caché pour cette élection présidentielle 2018.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Gouvernement-Magistrats: Un simple combat d’orgueil !

Hyper indignés contre le décret du gouvernement tendant à réquisitionner les magistrats grévistes, le Syndicat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *