samedi 25 novembre 2017
Accueil | Politique | Point de presse hebdomadaire du Gouvernement : Les parties signataires de l’accord dans les viseurs du Conseil de Sécurité de l’ONU

Point de presse hebdomadaire du Gouvernement : Les parties signataires de l’accord dans les viseurs du Conseil de Sécurité de l’ONU

La conférence de presse hebdomadaire que vient d’animer le porte-parole du Gouvernement, le Ministre du Commerce, Adboul Karim Konaté EMPE, portait sur le compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 6 septembre. Le porte-parole du Gouvernement malien avait à ses côtés ses homologues des Affaires Etrangères et de la Coopération internationale et celui internationale, l’Ambassadeur monsieur Abdoulaye Diop, et de la Décentralisation et de la Fiscalité locale, Alhassane Ag Mohamed Moussa. Ces deux derniers Ministres se sont exprimés sur, respectivement, la Résolution 2074(2017) et la Politique nationale de Décentralisation.

Dans sa déclaration liminaire, le Ministre porte-parole du Gouvernement a fait savoir qu’il y a eu deux points essentiels à l’ordre du jour du présent Conseil des Ministres. Il s’agit de la Résolution des Nations-Unies portant l’interdiction de voyager et le gel des avoirs de toute personne ou entité constituante une entrave à la mise en œuvre de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale et la Politique nationale de Décentralisation.

En effet, notons que suite aux affrontements sanglants auxquels se sont livrés les groupes armés courant juillet dernier dans la Région de Kidal , le Gouvernement, profondément écœuré, a décidé de prendre ses responsabilités à travers une saisine du Conseil de Sécurité des Nations-Unies pour demander l’établissement d’un régime de sanctions contre les auteurs d’actes et de troubles qui empêcheraient désormais l’application effective de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale, issu de processus d’Alger.

Pour rappel la signature de cet Accord a au lieu en deux phases. Le 15 mai 2015 entre le Gouvernement et la plateforme dont le paraphe a lieu le 1er mars 2015. La dernière phase de la signature est intervenue le 20 juin 2015 entre le Gouvernement et la Coordination des Mouvements de l’Azawad. Le paraphe de la CMA est fait le 14 mai.

Pour arriver à cette signature, des pourparlers inclusifs inter-Maliens, avec plusieurs parties prenantes, avaient été organisés à Alger, sous la supervision de la médiation internationale conduite par l’Algérie. Les parties prenantes maliennes étaient le Gouvernement, la Plateforme (regroupant les groupes FPR, GATIA, MAA-loyaliste, FPR3 et MPA) et la Coordination des Mouvements de l’Azawad (regroupant le MNLA, HCUA, CPA, CPA2 et FPR 2).Ont participé à cette médiation, l’ONU/MINUSMA, l’UA, la CEDEAO, l’UE, l’OCI,  le Niger, la Mauritanie, le Tchad, le Burkina Faso et le Nigéria. Cette médiation internationale s’était élargie à la France et aux Etats-Unis d’Amérique. Le 1er mars 2015 a eu lieu, à Alger le paraphe, par la partie gouvernementale et la plateforme, du projet d’accord d’Alger pour la paix et pour la réconciliation nationale au Mali. Le 14 mai 2015, la Coordination a aussi paraphé ce projet d’Accord.

Donc, cette Résolution 2074 porte sur l’interdiction de voyager et le gel des avoirs de toute personne ou entité qui prend part à des hostilités en violation de l’Accord, à des mesures qui font obstacle à la mise en œuvre de l’Accord ou qui pose des obstacles à l’acheminement de l’aide humanitaire entre autres.

Concernant la Politique nationale de la Décentralisation, elle doit coûter à l’Etat malien et à ses partenaires 331 milliards de francs CFA répartis comme suit : 45% du Gouvernement, 40 % des partenaires et 15% des collectivités locales.

Le Ministre de la Décentralisation et de la Fiscalité affirme que le transfert des compétences passera à 30% en décembre 2018. Son plan d’actions s’étendra sur la période de 2017 à 2021. Elle vise à approfondir la décentralisation à travers la régionalisation, l’amélioration de la gouvernance des collectivités et le renforcement du partenariat entre l’Etat et les collectivités territoriales. Sa mise en œuvre permettra de promouvoir le développement équilibré des Régions.

Mohamadou Yattara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Production et vente du ciment au Mali : Pourquoi le ciment malien est-il vendu au même prix que celui importé ?

L’incompétence du Ministre Empé avéré Les travaux d’implantation de la première cimenterie du Mali ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *