mardi 11 décembre 2018
Accueil | Editorial | Mot de la semaine : Maouloud

Mot de la semaine : Maouloud

Les fidèles musulmans ont fêté le lundi 19 novembre le Maouloud ou naissance du prophète Mahomet, PSL. Au Mali, au-delà de la symbolique rituelle, une question taraude l’esprit de nombreux citoyens, c’est celle de savoir quel est le secret de Chérif Ousmane Madani Haidara pour la grande mobilisation de ses fans, jamais égalée par un leader religieux au Mali ? Cette interrogation vaut son pesant d’or quand on sait qu’il a fait l’objet des critiques acerbes et un dénigrement de la part de certains acteurs politiques. Ces derniers l’accusaient d’avoir appelé à voter pour IBK à un moment où sa côte de popularité était la plus basse d’un Président en quête d’un second mandat. Ce soupçon, qu’il soit avéré ou inexact, a donné lieu à toutes sortes d’invectives de la part de l’Opposition. Chérif Ousmane Madani Haidara, était considéré comme l’un des leaders religieux qui avait l’estime de la quasi-totalité des acteurs politiques avant sa supposée consigne de vote en faveur du Président sortant. Va-t-il se ressaisir afin d’occuper sa place d’antan ?
Il ne fait plus aucun doute que par ce grand rassemblement de ses adeptes, le Chérif de Banconi reste une icône pour des millions de fidèles musulmans à travers le monde. Son cas ne mérite-t-il pas une réflexion approfondie de la part des autorités politiques afin que les deux rassemblements à savoir la naissance et le baptême du Prophète puissent profiter au guide spirituel des Ançares et à l’Etat malien ? Malgré ses prises de position politiques, le natif de Tamani devrait non seulement être le grand médiateur de la République, mais aussi et surtout ses activités peuvent être une source de revenu pour l’Etat. Le statut de médiateur devrait lui revenir de droit compte tenu de son aura et de sa grande influence sur des milliers de citoyens. Mais, il ne serait crédible que quand il s’éloignera de l’arène politique et être à équidistance de tous les acteurs. Ses activités religieuses pourraient être une source de revenu pour l’Etat en lui accordant beaucoup de facilités lui permettant de fonder des sociétés ou entreprises pourvoyeuses d’emplois et de richesses.
En somme, si les Sunnites voient d’un mauvais œil la célébration en grandes pompes du Maouloud, la tendance Malikite pense que cette occasion est propice et doit être mise à profit pour prêcher la paix, la stabilité et faire des prières et des bénédictions pour l’ensemble des fidèles musulmans à travers le monde, en général et ceux du Mali en particulier.
Youssouf Sissoko
youssouf@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Mot de la semaine : Concertations

En dépit du rejet, par une importante frange de la classe politique et de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :