mardi 11 décembre 2018
Accueil | Société | Mopti : 11 Civils tués après le passage du PM pour affirmer le retour de l’autorité de l’Etat dans la zone

Mopti : 11 Civils tués après le passage du PM pour affirmer le retour de l’autorité de l’Etat dans la zone

Les attaques dans le Centre du pays restent toujours d’actualité. Le lundi dernier, des Hommes armés non identifiés ont attaqué le village de Telly, situé à une dizaine de kilomètres de Téninkou. Le bilan serait de 11 morts et plusieurs personnes portées disparues. Ce fait a eu lieu alors que la semaine dernière le Premier Ministre a effectué une visite dans la Région pour affirmer le retour de l’autorité de l’État. 

Au moment où les autorités lancent des mots d’apaisement soutenant le retour de l’autorité de l’État face aux djihadistes, les malfaiteurs eux continuent de troubler le sommeil des paisibles citoyens par des attaques ignobles. En début de semaine, dans la Région de Mopti, des individus armés ont fait irruption dans un village à proximité de Téninkou pour assassiner 11 personnes, d’autres sont  portées disparues. Des sources soutiennent que les victimes seraient des peulhs.

Dans le Centre du Mali, selon des chiffres donnés par l’ONU, il ressort de cela que plus de 500 civils sont morts depuis le début de l’année 2018. Une situation qui créa  une panique totale dans la Région.

Par ailleurs, les populations civiles sont régulièrement victimes des actes de violence par des terroristes pendant que l’ONU met la pression sur le Gouvernement et les Groupes Armés signataires de l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale. Le Conseil de Sécurité leur demande d’accélérer la mise en œuvre de l’Accord. Dans ce cadre, lors de l’ouverture de la 28e session du Comité de Suivi de l’Accord, les parties concernées ont signé le dénommé document «Pacte pour la paix » établi lors du dernier Conseil de Sécurité. Le document leur exige de mettre urgemment en œuvre certaines dispositions de l’accord d’Alger. Et cette exigence est formulée alors que des Groupes Armés demandent la prorogation de la date limite de l’application effective du processus de DDR, prévu pour le 15 octobre passé.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Morcellement des parcelles publiques à Ouenzindougou : La population montre les muscles

Face au phénomène de morcellement des espaces publics qui prend de l’ampleur, les populations de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :