jeudi 18 octobre 2018
Accueil | Economies | Mobilisation de ressources financières : Après les obligations du Trésor, l’État malien lance les obligations islamiques

Mobilisation de ressources financières : Après les obligations du Trésor, l’État malien lance les obligations islamiques

L’État malien semble être au four et au moulin dans la mobilisation des ressources financières devant lui permettre de couvrir les besoins ponctuels de trésorerie et financer des investissements nécessaires à la croissance et au développement économiques. C’est ce que confirme en tout cas le lancement d’une deuxième émission d’obligations en l’espace d’un mois. Des obligations islamiques ‘’Sukuk’’ ; telle est l’appellation donnée à cette deuxième opération d’une valeur de 150 millions $ lancée cette fois-ci sur le marché de l’UEMOA. L’émission de ces obligations islamiques succède ainsi aux obligations du Trésor d’une valeur de 355 milliards de nos francs émis le 25 janvier dernier pour le compte des titres de l’année 2018.

«Le montant total de ces titres s’élève à cinq cent quarante-sept (547) milliards de francs CFA. Ce montant sera mobilisé à travers vingt-deux (22) émissions de titres publics dont neuf (9) en Bons du Trésor et treize (13) en obligations du Trésor. La répartition par instrument en valeur nominale est de 192 milliards de francs CFA en Bons du Trésor ainsi que 355 milliards de francs CFA en obligations du Trésor », nous avait-on appris du côté de la Direction Nationale du Trésor de la Comptabilité publique. On croyait la mobilisation des ressources ainsi circonscrite à ces titres de l’année 2018. Mais c’est sans compter sur la résolution de l’État à multiplier ses chances.

Pour preuve, il est de nouveau sur un marché des capitaux, celui réduit de l’UEMOA avec une émission des obligations islamiques (Sukuks) d’une valeur de 150 milliards de FCFA dont les opérations de souscription ont débuté depuis le 2 février et seront bouclées le 16 février.
L’opération qui est arrangée par la Société Islamique de Développement du Secteur Privé, et promue par la firme Taiba Titrisation et la Banque Islamique du Sénégal, offre un taux d’intérêt annuel de 6,25% pour chacun des 15 millions de titres d’une valeur de 10.000 qui sont actuellement émis.

La maturité de l’emprunt est de 7 ans, mais le remboursement du principal débutera seulement deux ans après la clôture officielle de l’opération.

Toutefois, les investisseurs commenceront à toucher les intérêts à partir du 23 août 2018. Ce produit financier est ouvert à tous les investisseurs de l’UEMOA ou en dehors, sous réserve du respect de certaines règles.
L’opération promet d’être rentable, avec un profit global estimé à 45,16 milliards de FCFA, exempté de taxes, à se répartir entre les investisseurs, sur les 7 prochaines années.

Le Mali est le quatrième pays de l’UEMOA à émettre des obligations islamiques via la firme Taiba Titrisation qui a déjà travaillé sur la mobilisation de près 515 milliards de FCFA via ce mécanisme, notamment pour le Togo, la Côte-d’Ivoire et le Sénégal.

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

ACCES POUR TOUS A UNE IDENTITE NUMERIQUE D’ICI A 2030 : Une mobilisation mondiale pour résoudre les problèmes les plus épineux en la matière

Les dirigeants africains, le Groupe de la Banque mondiale, les Nations Unies et d’autres partenaires …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *