vendredi 16 novembre 2018
Accueil | Société | Marché d’habits «prêt à porter» en cette veille de fête : Cherté des prix, pauvreté et impacts d’élections comme source de mévente

Marché d’habits «prêt à porter» en cette veille de fête : Cherté des prix, pauvreté et impacts d’élections comme source de mévente

La fête de Tabaski s’approche et les chefs de familles s’affairent à trouver de l’habillement pour tous leurs sujets. Mais le nerf de la guerre, c’est-à-dire l’argent  fait défaut.

Au marché Rose de Bamako tout comme au nouveau marché Dossolo de Médina- Coura, c’est du monde que l’on appréhende de partout. Tous à la recherche des  habits pour les enfants et les femmes et autres membres de la famille. Il y a dans ces deux marchés des habits pour toutes tailles comme pour tout âge et à tous les prix. Les robes pour les filles sont vendues ente 2000  et 10.000 francs CFA pou les prêts-à-porter et selon les âges de 3 à 15 ans. 

Quant au boubou bazin cousu complet, les prix varient entre  7500 et 15000 francs CFA.

Ousmane Sangaré, vendeur de prêt-à-porter pour enfants nous affirme que, cette année, il y a très peu de vente. C’est quasiment la mévente partout. Et, comme causes principales, il cite la pauvreté, la cherté des prix et  les impacts négatifs  des élections  sur les ménages. Toujours selon lui, force est reconnaitre que les gens n’ont pas d’argent ces derniers temps. Chacun essaie de s’approvisionner dans les friperies au mieux des cas. Comme dirait l’autre, « on frappe le serpent avec le bâton avec lequel on a quand il sort la tête».

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Disparition de notre confrère Birama Touré : Le Comité de soutien pour sa recherche réactive

Le Président du Comité de Soutien pour la Recherche de notre confrère Birama Touré (CSR-BT), …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :