mercredi 20 juin 2018
Accueil | Politique | Marche de la coalition pour le changement et l’alternance : Le triomphe de la Démocratie

Marche de la coalition pour le changement et l’alternance : Le triomphe de la Démocratie

 Interdite la semaine dernière, la marche de la Coalition pour le changement et l’alternance a été autorisée pour ce vendredi. Les élections libres et transparentes, l’égal accès à la télévision nationale et le changement de régime sont, entre autres, les points de revendications scandées tout au long de la marche qui est partie de la place de la Liberté à la Bourse du Travail.

Ils étaient des milliers de personnes, membres de la Coalition pour le Changement et l’Alternance à battre le pavé ce vendredi pour réclamer des élections libres et transparentes et un égal accès à la  radio et à la télévision nationale. La même marche pour les mêmes objectifs avait été interdite et durement réprimée la semaine dernière. Raison légitime pour les initiateurs de considérer cette marche autorisée comme une victoire.

«C’est une victoire de la jeunesse qui a eu le courage d’affirmer un droit constitutionnel et qui malheureusement ce jour-là a été gazée comme si nous étions, à une autre époque», clame Mamadou Igor Diarra, candidat à l’élection présidentielle.

Au-delà des objectifs affichés, cette coalition dite du changement et de l’alternance, qui regroupe plusieurs candidats à la présidentielle prône un changement de gouvernance. Tabassé et laissé pour mort la semaine dernière, l’Économiste, Etienne Fakaba le revendique.

«Nous sommes là pour dire notre soif d’élection, de voir réaliser dans notre pays le soir du 29 Juillet prochain l’alternance et permettre à notre peuple de se prononce encore une de plus et de choisir un nouveau président qui conduira le Mali certainement vers la prospérité », dit-il.

L’alternative pour des marcheurs ne serait ni l’opposition ni la majorité actuelle, mais plutôt des candidats neutres.

«Souhaitons à la tête de ce pays d’autres personnes qui sont dans l’ombre et qui n’ont pas géré ce pays pendant un certain moment, qui n’ont pas tâches dans l’Administration publique. Ils se connaissent. Et ceux-là qui ont géré l’administration publique et ceux qui ont des tâches défectueuses, ils se savent, ils sont là, ils sont Leaders. Nous ne sommes pas pour eux. Ni pour le Président de la République ni pour ces Leaders qui ont mal géré avec le Président à un moment donné ce pays. Il faut qu’ils le sachent », dit tout en verve un marcheur.

Cette marche s’est déroulée dans le calme grâce à la médiation de la Mission des Nations Unies qui a rencontré les deux camps à la veille de la marche. Mamadou Igor Diarra a salué la décision du gouvernement de laisser se tenir cette marche. « Ils ont enfin compris que cela participait à vigueur de la démocratie au Mali».

Mohamed Sangoulé Dagnoko : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Abdoul Jabar Traoré, pdt du mouvement ‘’AN TA YE MALI KO YE’’ : « …nous devons aider le chef de l’Etat »

En présence d’une jeunesse fortement mobilisée, le mouvement de renaissance ‘’An Ta Ye Maliko Ye’’ …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *