jeudi 19 juillet 2018
Accueil | Votre opinion | LETTRE OUVERTE : Aux militantes et militants de l’Adéma/PASJ

LETTRE OUVERTE : Aux militantes et militants de l’Adéma/PASJ

Chers camarades présidents des sections et sous sections du parti, président du mouvement des jeunes et femmes,
Je m’adresse à vous en tant que militant du Parti, ayant porté innocemment le teeshirt Adéma dans les années 1991 pour me rendre à l’école, au primaire, sous le regard ahurissant de mes enseignants et des passants qui mesuraient la portée du message de l’abeille.

Je suis ce mitant qui a chanté et qui a assisté à la composition de l’hymne du parti (PASJ) en 1991 et 1992. Je suis ce militant du parti de feu Abdourahmane Baba Touré, de feu Kadary Bamba, de feu Ogo Niangaly Monobem, de feu Boubacar Sada Sy, de Abdoulaye Traoré dit Traba, de Mme SY Kadiatou Sow, de Maman Adéma, d’Alpha O. Konaré, d’Ali Nouhoun Diallo, de feu Abdoulaye Frédéric Traoré, d’Ibrahim Boubacar Kéita, de Soumaila Cissé, de feu Mohamed Lamine Traoré, d’Assarid Ag Imbarcaouane, des jeunes comme Ousmane Bamba j’en passe.
Je suis ce militant qui n’a eu d’autre parti que le PASJ depuis 1991. Vous comprendrez donc chers camarades, mon amertume, mon désarroi, ma déception face à la déchéance du PASJ, le 2e parti politique le plus grand en Afrique après l’ANC de Nelson Mandela.
Les causes de cette déchéance, chers camarades, chacun ira de son commentaire, mais une chose est sûre, ces hommes de valeur qui sont morts, se sont battus pour un Mali meilleur, ils sont morts sans laisser ni de comptes en banque, ni de biens matériels pour leurs progénitures. Ils n’ont jamais détourné les deniers publics.
Chers camarades, l’avenir du parti et du Mali est entre nos mains, c’est à nous de saisir l’opportunité et de savoir en faire bon usage. Prenons nos responsabilités et sanctionnons les frelons. Nous sommes des millions de militants à avoir instruit au parti, une candidature à l’interne, mais des hommes à leur propre service en ont décidé autrement. Des hommes pour uniquement leur maintien au poste ministériel ont décidé contre notre volonté.
Des ministres d’une certaine moralité veulent que nous les accompagnions dans la dérive du parti. Le camarade Adama Tiémoko Diarra, ministre de la Population et de l’Aménagement du territoire, sait de quoi je parle, il est l’homme de mains des Chinois qui opèrent dans l’orpaillage et d’autres activités illicites dans notre pays. Il avait usé de son influence pour permettre à ces Chinois d’exploiter le fleuve de Falamé et du Niger en dépit du danger environnemental que cela pèse sur les fleuves et au détriment des orpailleurs maliens.
J’ai eu l’occasion de le mettre en garde mais hélas l’argent est plus fort que la raison et le devoir chez certains. Il est aujourd’hui ministre sur quelle base seul IBK le sait.
Chers camarades, nous avons demandé une candidature à l’interne, nous en avons, dont une, d’une moralité exceptionnelle, d’une expérience avérée en politique depuis le PMDR et bien avant, d’une expérience dans la gestion des crises, pour avoir géré la crise au Kosovo, un militant de première heure.
Sanctionnons ces frelons en votant pour Kalfa Sanogo, maire Adéma/PASJ de Sikasso. En le portant président du Mali, c’est le pays qui gagnera, c’est le parti qui sera nettoyé des frelons. Faisons confiance en nos forces et démarquons-nous de ceux-là qui salissent le nom de l’ADEMA.
Vive les militants du parti Adéma, vive la jeunesse, vive le mouvement des femmes du parti !
Vive le candidat Kalfa Sanogo, militant du PASJ. Que dieu bénisse le Mali. Amen !

Hamadoun Bah, président des Boucliers de la démocratie
Membre du mouvement un Mali meilleur est possible avec Kalfa Sanogo (MMP K).
Militant de la première heure du parti Adéma/PASJ

Djibril Coulibaly

Voir aussi

CONFERENCE EPISCOPALE DU MALI : «Une mentalité nouvelle pour un Mali nouveau »

Dans une lettre adressée à la communauté catholique et à tous les Maliens de bonne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *