samedi 15 décembre 2018
Accueil | Société | Les spéculateurs fonciers et les autorités se partagent le site de l’URTNA, à Soulemanebougou : Le Maire de Moribabougou et le Chef de village de Soulemanebougou cité en cause

Les spéculateurs fonciers et les autorités se partagent le site de l’URTNA, à Soulemanebougou : Le Maire de Moribabougou et le Chef de village de Soulemanebougou cité en cause

Le Collectif pour la défense du domaine foncier du Mali et les Secrétaires Généraux  des syndicats de l’ORTM, du Domaine et celui de l’Habitat ont effectué une visite au siège de l’URTNA, sis a Soulemanebougou, dans la Commune de N’Gabacoro Droit. Un seul constat, les prédateurs fonciers ont construit des maisons sur les deux hectares de ce site de l’URTNA, un titre foncier crée depuis 1949 en cours de transfert en faveur de l’ORTM. Sous la direction d’Abdrahamane Infa Touré, Secrétaire Général du Syndicat de l’ORTM, entouré d’autres camarades et de journalistes, ils ont découvert sur le  site la complicité avérée  de certaines autorités devant résoudre ce même litige foncier entre l’ORTM et les occupants illicites. 

 

À Soulemanebougou, les constructions anarchiques et illicites sur le titre foncier de l’URTNA (Union des radios et télévisions nationales africaines) revenant de droit à l’ORTM  sont en cours. Certaines maisons en fin de construction sont à proximité même de  la «TOUR» et  d’autres à la porte  des Bureaux de l’ex URTNA. Les visiteurs ont retrouvé sur le site la plaque portant le sigle de l’ORTM et le numéro du titre foncier  N°74861, parcelle N°376, crée depuis 1949 et en cours de transfert au profit de l’ORTM. Interrogé, le Maire Modibo Dembélé de la Commune rurale de N’Gabacoro droit, dira « n’être mêlé ni de près ni de loin des ventes de parcelles de  ce site appartenant à l’URTNA et revenant de droit à l’ORTM ». Néanmoins, il  pointe tout de même un doigt accusateur vers le Maire de Moribabougou et le Chef de village de Soulemanebougou tout en dégageant toute implication de sa mairie, qui relève ce site. Le Maire Dembélé dit avoir informé les autorités compétentes de cette situation d’occupation illicite lesquelles n’ont jamais réagi ni pour arrêter ni pour empêcher la vente des parcelles sur ce site.

À sa suite, le Président  du Collectif de défense du foncier, Ibrahima Kébé, a vivement déploré ces constructions anarchiques sur la propriété de l’ORTM. Mais, il s’est posé la question de savoir pourquoi « les autorités mêmes de l’ORTM ne sont pas là et ne s’impliquent pas à la recherche d’une solution». Selon lui, il y a sans doute complicité tant au niveau des plus hautes autorités de l’Administration qu’au sein de l’ORTM même dont des Agents et Responsables sont bel et bien mêlés dans cette spéculation en foncière. Toujours, selon lui, pour rendre à l’ORTM son site, il faut démasquer ceux qui sont à la base de cette spéculation foncière à l’intérieur même  de l’ORTM et au niveau des plus hautes autorités de l’État.

À son tour, M. Kary Daou, 1er  Conseiller du Chef de village de Soulemanebougou, a été on ne peut plus clair en disant qu’« à part le Chef de village, aucun Conseiller ni un autre Habitant du village de Soulemanebougou  n’est impliqué, ni mêlé ou   encore au courant des ventes illicites sur le site de l’URTNA. Donc, c’est lui et ses complices qu’il faut interroger. Sinon  comment comprendre que le seul Chef de village traite les affaires foncières, sans consulter  ses conseillers même  si c’est une affaire claire ou légale ? » En tous les cas, selon lui, on ne doit pas construire illicitement sur un titre foncier appartenant à l’URTNA.

En effet c’est Ibrahima Kébé, Président du Collectif qui m’a informé de cette agression foncière sur le site de L’URTNA en cours de transfert au profit de l’ORTM. Enfin, les occupants anarchiques de ce site doivent se retourner vers ceux qui ont vendu ces parcelles autrement, vers Diarra, le Maire de Moribabougou, et le Chef de village de Soulemanebougou.

Quant à M. Boubacar Diarra, un Habitant de Soulemanebougou, il affirme «que ces parcelles ont été vendues à des autorités mêmes du pays et de celles de l’ORTM  en raison de 50 millions par parcelle. Le vrai problème, selon lui,  c’est que ceux-là qui doivent trancher l’affaire pour restituer à l’ORTM son site qui lui a été légué par l’URTNA sont impliqués dedans jusqu’au cou ».

À son tour, M. Abdramane Infa Touré dira que les preuves sont évidentes. Que le site de l’URTNA à Soulemanebougou dont le titre foncier 74861 de la parcelle N°376 créé depuis 1949 en cours de transfert au profit de l’ORTM a été morcelé et revendu par les Spéculateurs fonciers et leurs réseaux de prédateurs. Il s’agit d’user de tous les pouvoirs pour découvrir les auteurs et les contraindre à restituer le site.

Cette agression foncière est tellement effrontée et flagrante dans notre pays  que les spéculateurs fonciers sont parvenus à entrer en réseau avec les autorités de l’ORTM et même du Pouvoir en place pour vendre illicitement  l’ensemble des deux hectares de ce site de l’URTNA, sis à Soulemanebougou au vu et su de tout le monde. Affaire à suivre !

Abdoulaye Faman Coulibaly : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Pourtant accusé de pédophilie : Zié Sanogo acquitté par la Cour d’Assises

Né vers 1975 à Sikasso, fils de Mamadou et de Mariétou Sanogo, Technicien comptable, Zié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :