samedi 16 février 2019
Accueil | Oeil du combattant | Les feux de stop de Bamako tombent en panne les uns après les autres !

Les feux de stop de Bamako tombent en panne les uns après les autres !

Il n’est un secret pour personne que les feux tricolores jouent un rôle capital, cela 24/24, dans la règlementation et le bon fonctionnement de la circulation routière le long des principales artères de  la ville de Bamako. Au niveau de tous les carrefours et principaux points d’interjections où ces feux fonctionnent normalement, les usagers n’ont aucune difficulté et ne courent aucun risque majeur d’accident. En fait, la circulation s’effectue sans aucune implication de la police du CCR. Mais, actuellement, l’inquiétude monte d’un cran au niveau des citadins de Bamako, car ces panneaux de signalisation sont en train de tomber en panne technique les uns après les autres sans aucune réaction du côté des services compétents. Or, comme nous venons de le souligner,  l’importance de ces biens publics dans la sécurité et la fluidité des personnes et des biens sur  nos voies publiques n’est  plus à démontrer. Même à des heures tardives de la nuit, les feux tricolores nous évitent des accidents puisque souvent, dans la nuit, la plupart des noctambules au volant sont sous l’effet de l’alcool.

Concernant les pannes techniques dont les populations réclament leur réparation rapide, il y a le cas du grand rond-point reliant Sabalibougou-Kalaban-Coura-Garantibougou, en Commune V du District de Bamako. Ce feu tricolore qui régulait en permanence la circulation et permettait des centaines d’engins à deux roues, des véhicules et des milliers de piétons d’effectuer leur traversée en toute sécurité, surtout à des heures de pointe est en panne depuis des mois. Cela, sans qu’aucun service compétent ne s’y intéresse et à plus forte raison de songer à le réparer. «On attend peut-être qu’un accident tragique s’y produise (que Dieu nous en préserve) pour faire le dépannage », déplore un automobiliste…

Le Fouineur 

 

Rédaction

Voir aussi

OUEZZINDOUGOU : La place publique n°198 dans le viseur des prédateurs fonciers

Ils sillonnent les coins et recoins des nouvelles zones à la recherche d’espace qu’ils peuvent …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :