mercredi 18 juillet 2018
Accueil | Editorial | Le directeur d’école, le djinn, la possédée et l’épouse exemplaire

Le directeur d’école, le djinn, la possédée et l’épouse exemplaire

Il y a quelques jours, les djinns d’une demoiselle ont parlé. Et leurs propos sont assez graves. En effet, s’adressant à un directeur d’école qui soi-disant était venu rendre visite à une amie (qui n’est autre qu’une de ses élèves dont les gens disent qu’ils sortent ensemble), la jeune demoiselle possédée a dévoilé au directeur d’école ce qui suit : « Votre épouse est infidèle. Chaque fois que vous-vous rendez à l’école, il reçoit un autre homme jusque dans ton lit », a-t-elle balancé au directeur. En tout cas, selon notre informateur, elle semblait bien possédée.
Aussitôt, le directeur qui, dit-on est un grand draguer, a pris sa moto pour foncer chez lui. Et de s’adresser sans vergogne à sa femme en disant, « n’est-ce pas que tu passes tes matinées avec un autre homme dans mon lit. Je sais désormais tout car les djinns de mademoiselle… viennent de le dire », a-t-il apostrophé son épouse. Et de la menacer de divorce.

Or la femme, de sources concordantes, est une épouse exemplaire, fidèle à son époux. Pas bavarde, elle aurait tout simplement dit qu’elle s’en remet à Dieu qui est le Tout Sachant. Dans le quartier où les faits se sont déroulés, les opinions diffèrent. Si pour certains les djinns ont vraiment parlé, pour d’autres il ne s’agit que d’une manigance pour mettre en cause le mariage du directeur d’école.

En tout cas, ces histoires de djinn très fréquentes au Mali ne sont que calamités, causes d’énormes soucis pour certains de nos concitoyens. L’histoire de ce directeur d’école rappelle celle d’une jeune demoiselle qui se disait tout le temps possédée. Et quand elle était dans ses transes, elle n’arrêtait d’accuser sa propre grande mère de sorcellerie.
Cependant, le jour où un de ses oncles l’a sérieusement corrigé, elle a avoué qu’elle n’avait rien. D’ailleurs, depuis ce jour, elle et ses djinns ne sont plus revenus. Il y a aussi le cas d’une jeune demoiselle qui a été définitivement soignée par une gifle mémorable sur conseil d’un vieux médecin à la retraite.

A l’analyse de la situation, nombreux sont les jeunes demoiselles qui jouent aux possédées pour bluffer. Pour sûr, il s’agit de créer un climat d’affection autour d’elles.

Drissa Kantao LE CONFIDENT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Mot de la semaine : Accusation

Les Forces Armées et de Sécurité du Mali, FAMa, sont désormais dans le viseur des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *