mardi 11 décembre 2018
Accueil | Société | L’artiste Master Soumy : Des piques lancées à IBK et ses homologues

L’artiste Master Soumy : Des piques lancées à IBK et ses homologues

«Nos Chefs d’État du G5 Sahel, tous tranquillement, peuvent se déplacer et aller dormir dans les hôtels de luxe à New York ou à Paris ; mais… », a lancé Master Soumy. 

C’est lors de l’émission hebdomadaire « DEBAT POLITIK » de la chaine panafricaine Africable Télévision qui avait pour thème  » Que reste-t-il de l’esprit du 22 septembre 1960 ? », animée par Attaher, dans la nuit du dimanche au lundi dernier. Pour ce numéro du jour, les invités de l’émission étaient le Professeur Ali Nouhoum Diallo, Vice-Président de l’Adema Association, Ancien Président de l’Assemblée Nationale du Mali ; l’Honorable  Oumar Mariko, Président du parti SADI ; le Professeur Issa N’Diaye, Universitaire, ancien Ministre et l’artiste Rappeur, le jeune Master Soumy Artiste.

Dans le souci d’exposer aux jeunes générations l’esprit politique et social de feu Modibo Kéïta, père de l’Indépendance nationale du Mali, la TV Africable a consacré le thème de son émission hebdomadaire du weekend dernier à l’idée comparative entre le vécu politico-sécuritaire des premières heures de l’Indépendance nationale et les réalités politiques de nos jours. Plusieurs autres sous thèmes ont été débattus, dont l’image de l’école malienne sous Modibo Kéïta  et d’aujourd’hui, et celle de l’armée sous le père de l’Indépendance et d’aujourd’hui. Dans ses propos sur la situation sécuritaire alarmante qui fait  trop de victimes avec des morts, de blessés, à longueur de journée à l’échelle nationale nonobstant la présence massive des forces étrangères, le célèbre Artiste-rappeur Master Soumy n’a pas voulu tourner avec le dos de la cuillère : « Nous avons déjà notre armée nationale et, en plus de cela, nous avons d’autres prétendus amis. Nous avons plus de onze mille Casques bleus et il y a aussi la force Barkhane qui a en sa possession toutes sortes d’appareils (de guerre). Mais, c’est toujours ces quelques pickups, ces quelques colonnes de bandits armés qui massacrent, qui tuent nos soldats et les populations civiles. Et on essaie de faire une différence entre un djihadiste et un rebelle, deux Hommes enturbannés dans le désert. Réellement, toutes ces personnes, qu’est-ce qu’elles sont venues faire chez nous ? Est-ce que nous devons être très fiers de nos forces armées et de sécurité si nous continuons à sous-traiter notre sécurité ? », s’est-indigné avec un air de désinvolte avant d’étaler la mauvaise volonté des Chefs d’Etat de la force conjointe G5 Sahel. Une force sous-régionale censée être une véritable force de frappe ; mais, toujours non opérationnelle depuis plus d’un an. Cela, pour question de financement. La villégiature et la vie de pacha en mode, de certains chefs d’État, dont IBK, pourraient faire beaucoup dans l’opérationnalisation de cette force transnationale  afin d’éradiquer, au moins, le phénomène de circulation des bandits armés à l’intérieur de nos frontières. «Nos Chefs d’État du G5 Sahel, tous, tranquillement, peuvent se déplacer et aller dormir dans les hôtels de luxe à New York ou à Paris. Mais, ils restent dans cette mendicité de tendre la main à la France ou à l’Union Européenne pour que ceux-ci financent notre sécurité. Moi, je n’arrive pas à comprendre cela. Ce sont des choses qui donnent des maux de tête. On ne peut être en sécurité que lorsqu’on est sécurisé par soi-même. Il faut prendre soi-même ses responsabilités. Nous allons continuer comme ça et on risque  de perdre 100 ans parce que tant qu’il y a des partenaires chez nous, mais la force recule de plus en plus. Alors que plus la force recule, plus la violence avance», a-t-il déploré.

Quant au Pr. Issa N’Diaye, il fera savoir que la réalité est plus complexe et le  fond des choses est tout autre qu’on le pense. Cependant, selon lui, un État qui se dit souverain ne doit pas confier sa sécurité à des forces étrangères. Les forces étrangères ne peuvent pas le faire en lieu et place des Maliens eux-mêmes. «Évidemment, on dit qu’on vient vous aider. Mais on sait ; on veut se voiler la face. Les forces de l’ONU sont depuis 1960 au Congo, ça n’a jamais amené la paix et la sécurité au Congo. La troupe de la MINUSMA qui est là vient de ces différents pays-là. Mais, ces  pays-là n’ont pas la sécurité chez eux », a-t-il rappelé avant d’ajouter que seul le Mali, à travers une armée solidement reconstruite, peut assurer la sécurité de sa population.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Morcellement des parcelles publiques à Ouenzindougou : La population montre les muscles

Face au phénomène de morcellement des espaces publics qui prend de l’ampleur, les populations de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :