lundi 19 novembre 2018
Accueil | Société | Lancement des activités de la 23ième édition de l’Espace d’interpellation démocratique

Lancement des activités de la 23ième édition de l’Espace d’interpellation démocratique

Comme à l’accoutumée, depuis 1994, l’espace d’interpellation démocratique (EID) aura lieu le décembre 2018. Ainsi, aux termes de l’article 16 de son règlement intérieur relatif à la préparation des sessions, le Médiateur de la République informe le public six mois avant la tenue de l’EID sur les modalités de participation aux travaux. Aussi, l’alinéa 2 du même article ajoute qu’une cérémonie de lancement doit être organisée à cet effet. D’où la tenue le jeudi 28 juin 2018 d’une conférence de presse consacrée essentiellement aux organes de l’EID, aux modalités de participation et aux dispositions envisagées cette année pour donner plus de possibilité à nos compatriotes, notamment les femmes et les Maliens établis à l’étranger de se saisir l’espace. Animée par M. Adama Tiémoko Traoré, secrétaire permanent de l’EID, la rencontre avec les hommes de médias s’est déroulée au bureau du Médiateur de la République. Le secrétaire permanent et conférencier du jour a saisi l’occasion pour parler de l’historique de l’EID, ses organes, les modalités à sa participation et des dispositions envisagées. Ainsi, parlant des modalités de participation à l’EID, M. Adama Tiémoko Traoré dira que du 1ier juillet au 30 septembre, le secrétariat permanent assure la réception des interpellations et arrête la liste des dossiers à soumettre à l’examen de la Commission préparatoire. Il indiquera que pour qu’un dossier soit recevable, il doit remplir des critères de forme et de fond. Parlant des critères de forme, le secrétaire permanent dira que l’interpellation doit être lisible et écrite en langue officielle et observer les formes de politesse démocratique. En outre, elle doit avoir un intérêt individuel ou collectif en mettant en cause une administration de l’Etat, des Collectivités, des établissements publics ou tout organisme investi d’une mission de service public ; et avoir été examinée au préalable par la structure incriminée ou ses démembrements. S’agissant des conditions de fond, il faut retenir que l’objet de toute interpellation doit concerner les actes attentatoires aux droits de la personne humaine, des cas d’injustice et des cas de disfonctionnement de l’Administration. Le non-respect de ces conditions de forme et de fond peut conduire au rejet des dossiers. Les dossiers qui reviennent plusieurs fois parce que les réponses n’ont pas donné satisfaction et ceux dirigés contre des particuliers peuvent être rejetés. Aussi, les dossiers dirigés contre les administrations d’un autre Etat, ceux pendants devant les tribunaux ou mettant en cause le bien-fondé d’une décision de justice sont rejetés. Enfin, il y a le cas des interpellations anonymes et celles à caractère politique qui ne sont pas recevables.
Parlant des dispositions pour la 23ième édition, le secrétaire permanent dira que cette année, l’accent sera mis sur la communication afin d’avoir une participation record des femmes et des Maliens établis à l’étranger.

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Cessation des bavures policières : Le bout du tunnel, pas sous l’ère IBK

Seulement cinq mois après la constitution de la commission tripartite (Presse-Ministère de la Défense-Ministère de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :