dimanche 19 août 2018
Accueil | Politique | LA CAFO DECHIREE : La Justice donne raison à Oulematou Sow, Oumou Touré refuse d’obtempérer

LA CAFO DECHIREE : La Justice donne raison à Oulematou Sow, Oumou Touré refuse d’obtempérer

La structure faitière des associations et ONG féminines, la CAFO, est en proie à une guerre de leadership entre les premières responsables que sont Oumou Touré, Présidente sortante, et Oulématou Sow, Secrétaire générale. Après la nomination de la présidente sortante comme Ministre de la Promotion de la Femme de l’Enfant et de la Famille, le renouvellement du bureau a donné lieu à un affrontement entre les fans des deux dames Touré et Sow. A quand la fin de cet imbroglio ?
Alors qu’on s’attendait à la grande retrouvaille de toutes les associations et ONG féminines au sein de leur structure mère qu’est la Coordination des Associations et ONG Féminines, CAFO, c’est plutôt une passe d’armes entre les désormais ennemies jurées. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que la présidente sortante de la CAFO, Mme Traoré Oumou Touré, et sa secrétaire générale, Mme Dembélé Oulématou Sow, se regardent en chiens de faïence, depuis la nomination de la première comme ministre et son refus de céder son poste à la seconde. A la tête de la CAFO depuis 1998, sans renouvellement, Oumou Touré, selon ses détracteurs, devrait organiser l’assemblée générale et passer la main à celle qui allait avoir la confiance des militantes. Mais au lieu de cela, elle aurait refusé catégoriquement de convoquer la moindre instance pour renouveler ou remembrer le bureau. Aux dires des partisanes de Oulématou Sow, la ministre se serait contentée de mettre Mme Keita Fatoumata Sissoko à la tête de la CAFO pour assurer l’intérim afin de lui remettre sa place une fois qu’elle quitterait son fauteuil ministériel. Cette façon de faire avait été jugée patrimoniale par Oulématou Sow et ses partisanes, qui ont convoqué une assemblée générale extraordinaire, conformément aux textes de la CAFO, pour renouveler le bureau en mettant Mme Dembélé à sa tête. La très puissante Présidente, de surcroit Ministre de la République, aurait rejeté systématiquement le bureau issu de cette assemblée extraordinaire et un bras de fer s’est alors engagé entre les deux camps. Cherchant à obtenir la version du camp Oumou Touré, nous avons tenté de joindre sans succès son Chef de cabinet.
La justice fut alors saisie et a tranché en faveur de Mme Dembélé Oulématou Sow, qui est désormais reconnue comme la présidente légale et légitime de la CAFO. Quand la toute nouvelle présidente a voulu faire d’une pierre deux coups, c’est-à dire prendre fonction et animer un point de presse après le verdict du Tribunal de Grande Instance de la Commune III, le lundi 5 mars 2018, ce fut un coup de théâtre. Les partisanes de Oumou Touré s’y sont farouchement opposées en perturbant la cérémonie de prise de fonction. Quant au camp de Mme Dembélé Oulématou Sow, elle entend poursuivre l’affaire jusqu’à la victoire finale.
Ainsi donc, le 8 mars, qui est une date symbolique dans la lutte des femmes pour l’égalité des droits politiques et sociaux, risque de passer inaperçu si certaines femmes se montrent plus enclines à défendre leurs intérêts personnels, que la cause de leurs sœurs.
Youssouf Sissoko
youssouf@journalinfosept.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Proclamation des résultats provisoires : «Nous allons investir Soumaïla Cissé le 4 septembre », déclare Etienne Fakaba Sissoko

Le Ministère de l’Administration Territoriale a donné les résultats provisoires du second tour de la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *