dimanche 23 septembre 2018
Accueil | Société | «Iyad n’est pas chez nous», dixit Abdelkader Messahel

«Iyad n’est pas chez nous», dixit Abdelkader Messahel

Au cours d’un entretien accordé, le 12 avril dernier au quotidien français Le Monde, le Ministre algérien des Affaires Etrangères, Son Excellence  Abdelkader Messahel s’est prononcé sur un certain nombre de sujets en rapport à la crise dans notre pays ainsi qu’à la situation générale au Sahel.

Interrogé tout particulièrement sur le sort du Chef terroriste malien Iyad Ag Ghali, Abdelkader Messahel a rétorqué sans détour: «Iyad n’est pas chez nous, il figure sur une liste noire des Nations-Unies. C’est un chef terroriste comme un autre et nous n’avons rien à voir avec lui» avant de préciser à la journaliste Charlotte Bozonnet qui lui rappelait le raid de l’armée française, à la mi-février, non loin de la frontière algérienne, contre ce «Chef djihadiste malien» que «sur ce sujet, il faut interroger les Maliens et les Français».

Le Ministre algérien a ensuite explicité la doctrine de la Diplomatie algérienne dans la Région et plus particulièrement au Mali en indiquant que l’Algérie qui a beaucoup contribué au retour de la paix dans ce pays ainsi qu’à la réconciliation nationale entre tous ses protagonistes, avec l’Accord d’Alger, sait bien qu’ «il ne saurait y avoir de paix possible» et durable «sans la volonté des Maliens eux-mêmes».

«Il n’y aura pas de solution en dehors de l’appropriation de la sortie de crise par les Maliens eux-mêmes. », a ainsi martelé Abdelkader Messahel avant de poursuivre que, s’agissant de l’Algérie, «notre rôle, comme celui de la France, des Nations unies, est de les accompagner.
Ce que nous faisons: nous renforçons les capacités des troupes maliennes, nigériennes, nous formons des troupes spéciales, nous apportons un soutien logistique, nous partageons nos renseignements. Nous accordons une aide substantielle: plus de 100 millions de dollars en quelques années [aux pays du Sahel pour lutter contre le terrorisme]. Nous ne parlons pas beaucoup de ce que nous faisons, mais nous le faisons», a-t-il conclu en la matière.

Katito WADADA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

An 58 du Mali indépendant : Quels gâchis avec l’Azawad dont le drapeau flotte à Kidal

Le Mali traverse une période scandaleuse au niveau de deux aspects aussi regrettables qu’humiliants pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *