samedi 25 novembre 2017
Accueil | Politique | IBK dit « surseoir » à la révision constitutionnelle : La plateforme « An tè, A banna » exige une adresse officielle à la nation pour le retrait pur et simple du projet de loi

IBK dit « surseoir » à la révision constitutionnelle : La plateforme « An tè, A banna » exige une adresse officielle à la nation pour le retrait pur et simple du projet de loi

A défaut de cette déclaration officielle du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta, à l’adresse de la Nation malienne pour annoncer le retrait pur et simple du projet de loi portant révision constitutionnelle, la plateforme « An Tè, A Banna » programme une grande marche pour le samedi prochain. Aussi, les leaders religieux, les communicateurs traditionnels ainsi que les familles fondatrices de Bamako entendent rejoindre le camp de la plateforme si IBK ne respecte sa parole. N’est-ce pas un autre ultimatum consistant !

C’est l’essentiel que l’on pouvait retenir de la conférence de presse de la Plateforme «Touche pas à ma constitution», tenue, hier mercredi 16 août, à la Maison de la Presse du Mali. Comme conférenciers, il y avait, entre autres, à cette sortie médiatique, l’Honorable Amadou Thiam ; Ras Bath ; Master Soumi  et le Professeur Fomba. L’objectif  est d’informer l’opinion nationale et internationale de la raison du report de leur manifestation prévue pour ce mercredi 16 août 2017.

IBK recule  

Selon les conférenciers, ce sont  les familles fondatrices et les autorités religieuses et coutumières (leaders religieux et communicateurs traditionnels) qui ont rencontré la plateforme, le mardi soir. Il s’agissait pour ces autorités de faire le compte rendu de leur entretien avec le Président IBK à la Plateforme. Et, ce, sur instruction du Chef de l’Etat lui même. Selon ces autorités, informent les Responsables de la coalition ‘‘Touche pas à ma constitution’’, « IBK dit qu’il va surseoir à la révision constitutionnelle».  Les leaders religieux, les communicateurs traditionnels ainsi que les familles fondatrices de Bamako étaient porteurs de  ce message aux antirévisionnistes de la constitution. Tout en leur demandant d’annuler la marche d’hier.

A cet effet, selon les conférenciers, la plateforme a annulé  sa marche du 16 août. Cependant, toujours aux dires de ses Responsables, elle a chargé les messagers de dire à IBK de procéder à une adresse officielle à la Nation  annonçant le retrait pur et simple du projet de loi portant la révision constitutionnelle. Cela,  sans quoi, qu’ils vont marcher le samedi 19 août prochain et useront des droits juridiques voire de la désobéissance civile jusqu’à obtenir gain de cause.

Pour Ras Bath,  le référendum est une étape mais que c’est l’alternance 2018 qui est visée.

De son côté, l’Honorable Thiam précise que l’objectif visé à la création de la plateforme est le retrait pur et simple du projet de loi portant révision constitutionnelle qu’il qualifie d’anticonstitutionnelle.

Par ailleurs, à en croire les conférenciers : «Par la voix d’Ousmane Madani Cherif Haïdara, si  IBK ne tient  pas parole, les leaders religieux, les communicateurs traditionnels et les familles fondatrices de Bamako vont rejoindre la plateforme «An tè, A banna».

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Production et vente du ciment au Mali : Pourquoi le ciment malien est-il vendu au même prix que celui importé ?

L’incompétence du Ministre Empé avéré Les travaux d’implantation de la première cimenterie du Mali ont …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *