mardi 11 décembre 2018
Accueil | Société | IBK à Kayes : Les Kayésiens optent pour la route de la mort

IBK à Kayes : Les Kayésiens optent pour la route de la mort

La ville et toute la Région de Kayes refusent de voir leur hôte, le Président IBK, de se rendre chez eux par les airs. Le commun du mortel souhaite qu’il effectue la traversée par la voie terrestre pour vivre les réalités du quotidien des Kayésiens. En fait, tous exigent au Président IBK d’emprunter cette route de Bamako à la Cité des rails qu’ils qualifient de la route de la mort. Ainsi on veut pousser le Président à cette prise de risque souvent interdite aux personnes âgées.

C’est connu de tous. Le tronçon Bamako-Didiéni est meurtrier. Mieux vaut affronter les anges de la géhenne  que de se mettre à voyager sur cette route à l’état de  dégradation très poussée. Même les  gros porteurs venant de Dakar ont toutes les peines du monde pour circuler là-dessus. À longueur de journées, les usagers sont plongés dans un calvaire infernal. Sur cette route, le Code de la route est mis de côté ; car, chacun ne cherche qu’à se frayer un petit chemin. Les usagers rentrent dans une peur bleue, quand deux véhicules se retrouvent nez à nez. Par moments, dans les déviations, c’est le premier chauffeur à rentrer sur l’espace très réduit qui est roi. Dans cette gymnastique, les motocyclistes sont, tout naturellement, les parents pauvres. L’état actuel de la route Bamako-Kayes coûte de plus en plus cher à nos braves transporteurs dont la contribution à l’essor de l’économie nationale est incontestable. Contrairement à ce que clamaient les marchands d’illusions à la veille de la période d’élections présidentielles passées qui ventent l’actuel régime d’être incomparable à aucun des précédents régimes en termes de patriotisme, il est à retenir que, côté infrastructures, le Régime d’ATT est en avance sur ceux de Konaré et d’IBK. En réalité, le bilan du Président d’IBK, au plan d’infrastructures,  laisse à désirer d’abord.   D’où le secteur du commerce, des transports et de la mobilité des usagers de la route Kayes-Bamako en souffrent énormément. Alors, s’il a lui-même choisi Kayes pour sa première sortie à l’intérieur du pays, depuis sa réélection le 12 août dernier, acceptera-t-il de s’assumer en acceptant de voyager par route ? C’est là toute la question pour le moment.  En tout cas, demain,  mercredi 31courant, IBK partira pour Kayes où il inaugurera une centrale électrique et présidera  une cérémonie de lancement des travaux de rénovation d’un dispensaire à Médine avec adduction d’eau potable, puis visitera le chantier du deuxième pont et assistera au démarrage des travaux de réhabilitation de l’axe Kati-Didiéni.

Mahamadou YATTARA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Morcellement des parcelles publiques à Ouenzindougou : La population montre les muscles

Face au phénomène de morcellement des espaces publics qui prend de l’ampleur, les populations de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :