mardi 16 octobre 2018
Accueil | Société | Grève des Magistrats : Soumeylou Boubèye Maïga en panne de stratégies

Grève des Magistrats : Soumeylou Boubèye Maïga en panne de stratégies

Le Gouvernement veut réquisitionner des Magistrats. C’est dire faire recours  de force à des Magistrats en activités ou à la retraite pour accomplir les affaires courantes. Selon des sources proches du dossier, le Premier Ministre compte réquisitionner des Magistrats à partir de cette semaine pour assurer la continuité du service public. Surtout débloquer la forte demande en casiers judiciaires et certificats de nationalité …

Cette information fait suite à une note du Gouvernement adressée à la Cour Suprême sur la légalité de la grève. Depuis deux jours, des informations contradictoires circulaient. La première fait état d’un avis qui dit que « la grève est illégale » du fait qu’il n’y a pas de service minimum. Faux, rétorque-t-on du côté des grévistes.

La deuxième information laisse entendre que  «la grève est légale» parce qu’il y a un service minimum. Le Gouvernement et les grévistes ne s’accordent pas sur le contenu de service minimum.

Pour le Gouvernement, service minimum sous-entend établissement de casiers judiciaires et certificats de nationalité, quant aux Magistrats, service minimum est égal à l’évacuation des courriers administratifs.

Si cette information est confirmée, cela dénoterait de la mauvaise foi affichée du côté du Gouvernement dans la gestion de la crise. Pour les Syndicats, le PM n’a aucune qualité pour saisir la Cour Suprême en la matière. De ce fait, ils appellent une fois de plus les militants au respect strict du mot d’ordre de la grève, à la solidarité et à l’union sacrée autour de la magistrature. Dans un communiqué publié le dimanche 7 octobre 2018 et signé par le Secrétaire Général du Syndicat autonome de la magistrature du Burkina, les Syndicats de Magistrats du Burkina Faso font part de leur attention particulière à la lutte résolue en cours au niveau de la Magistrature malienne pour l’avènement des reformes, à même d’assurer l’indépendance de la justice malienne et de la soustraire du sceau de certaines difficultés habituellement calculées, cultivées et entretenues sous nos cieux par les adeptes d’une justice sous influence.

Mahamadou YATTARA : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Kayes : Une Région esclavagisme dans un État démocratique

Six blessés graves et d’importants dégâts matériels dans une altercation entre «maîtres et esclaves», advenue …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *