mercredi 26 septembre 2018
Accueil | INTERVIEWS | GOUVERNEMENT : Réactions à la nomination de Soumeylou Boubèye Maïga comme Premier ministre

GOUVERNEMENT : Réactions à la nomination de Soumeylou Boubèye Maïga comme Premier ministre

Le Mali a un nouveau gouvernement avec un nouveau Premier ministre en la personne de Soumeylou Boubèye Maïga, précédemment secrétaire général à la présidence et ancien ministre de la Défense et des Anciens combattants. Bon nombre de Maliens ont réagi à ce nouveau changement inattendu dans le gouvernement d’IBK. Voici les quelques-uns.

Boubacar Kantao, enseignant à la retraite : « Je pense que Boubèye sait ce qu’il doit faire »

« Soumeylou Boubèye Maïga est en terrain connu. Depuis plus de 15 ans, il travaille dans le gouvernement du Mali d’une façon ou d’une autre. Il connaît tous les petits coins et recoins. Comme il n’a pas plus de sept mois, si je ne me trompe pas, il pourra faire de bonnes élections. Au plan sécuritaire, il a été ministre de la Défense ; donc il sait ce qu’il doit faire. Pour que ce pays soit sécurisé à 100 %, il faut se sacrifier. Tant qu’il n’y a pas ce sacrifice, il n’y aura pas la paix. Il faut lutter contre les rebelles. D’ailleurs, pour moi, ce ne sont même pas des rebelles, les rebelles veulent avoir la paix, on affaire à des bandits armés, des voleurs, des trafiquants de drogue. Il faut mettre fin à cela. Soumeylou Boubèye Maïga peut amener ce pays là où il le faut. Si j’ai un conseil à lui donner, c’est de n’écouter personne. Il doit plutôt agir en homme responsable. Il doit amener le gouvernement à prendre les armes et à combattre tous ces petits bandits. On est Premier ministre pour prendre de fortes responsabilités ».

Amassérou Kodio, enseignant : « Il a l’expérience qu’il faut et peut trouver des solutions aux problèmes de l’éducation »

« Soumeylou Boubèye Maïga a fait pratiquement tous les gouvernements depuis 1991. Il doit être capable de situer le problème du Mali. Le Premier ministre qu’il est désormais doit surtout voir le problème de l’école au plus vite. Je suis enseignant et vous informe qu’il a été nommé pendant que les enseignants sont en grève. Il doit tout d’abord régler le problème des enseignants. Je lui demande de voir ensuite tous les autres problèmes que ce soit la santé, la justice, etc. Il faut rappeler quand même que le Premier ministre sortant avait promis de trouver des solutions à tout cela, mais il est parti sans rien faire surtout sur le dossier des enseignants. J’appelle le nouveau ministre de l’Education nationale, Housseini Amion Guindo, qui a déjà mouillé le maillot au département des Sports, au dialogue avec les enseignants afin qu’ils puissent reprendre le travail ».

Hadiaratou Famanta, étudiante : « Il faut attendre avant de juger »

« Je note que ces derniers temps, il y a eu beaucoup de changements de Premier ministre. Il y a eu Moussa Mara, Oumar Tatam Ly avant lui et autres sans grand changement au nouveau de la gouvernance. Très sincèrement je préfère attendre avant de juger qui que ce soit. Seulement je souhaite que cette fois soit la bonne et qu’il prenne enfin en compte le problème de chômage des jeunes ».

A.K LA LETTRE DU MALI

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Interview exclusive sur l’élection présidentielle 2018 : «Les attentes sont nombreuses et le Mali n’a aucun intérêt de s’aventurer dans une quelconque crise postélectorale», dixit Docteur Sékou Diakité, Chercheur et Professeur d’Université

En mettant fin aux nombreuses supputations, les autorités du pays ont réussi l’organisation de l’élection …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *