vendredi 22 juin 2018
Accueil | International | G5 Sahel : Le Président français souhaite associer la Chine à l’effort de guerre contre le terrorisme

G5 Sahel : Le Président français souhaite associer la Chine à l’effort de guerre contre le terrorisme

Comme le Gouvernement américain qui a annoncé une aide de l’ordre de 60 millions de dollars US à la Force conjointe du G5 Sahel engagée contre Daesh et ses alliés ; l’Arabie Saoudite qui a annoncé une contribution de 100 millions d’euros à la force conjointe antiterroriste et les Emirats Arabes Unis qui ont annoncé de leurs côtés un don de 30 millions d’euros, le Président français, Emmanuel MACRON, avec la Chancelière allemande, Angela Merkel, a aussi envoyé un signal à la Chine pour qu’elle participe aux efforts de guerre contre le terrorisme dans le Sahel. « Sans sécurité, il n’y a pas de développement », a insisté la dirigeante allemande, tout en rappelant l’engagement de son pays au Mali.

Ce soutien financier répond aux pressions diplomatiques insistantes de la France, pour tenter de consolider l’aide à ce G5 Sahel. La force du G5 Sahel aura pour mission de combattre les groupes djihadistes dans la bande sahélo-saharienne, et plus particulièrement dans la zone des trois frontières ; c’est-à-dire à la croisée des territoires malien, nigérien et burkinabé, et permettre, à long terme, à la France présente dans le Sahel à travers les 4 500 Hommes de l’opération Barkhane  de se désengager. Cette force doit  être opérationnelle en mars 2018. Cette force conjointe a son Quartier Général à Sévaré, dans la Région de Mopti. Elle a effectué, en début novembre 2017, sa première mission conjointe sous le nom de code « Haw Bi » (Vache noire, en langue Sonrhaï). Cette vaste opération a réuni 750 soldats dont 350 burkinabés, 200 nigériens et 200 maliens.

Pour vaincre le terrorisme, il faut s’assurer que les organisations terroristes ne disposent d’aucune base arrière dans la Sous-région. Or, tel n’est pas le cas vu l’ambigüité de la position mauritanienne qui a signé un pacte de non agression avec les mouvements terroristes depuis à l’époque d’Osman Ben La Den dont les adeptes bénéficient d’une certaine liberté de mouvements de troupes sur toute l’étendue du territoire de notre voisin du Sud-ouest.

Pour rendre opérationnelle la Force conjointe du G5, le Président français s’est montré favorable à la contribution financière et militaire de la Chine.

Mahamadou Yattara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Jean-Pierre Bemba « pourra rentrer s’il veut » en RDC

L’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba « pourra rentrer » en République démocratique du Congo s’il …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *