mardi 11 décembre 2018
Accueil | Oeil du combattant | Faible taux de participation au scrutin du 29 juillet : Désintérêt du peuple à la chose politique !

Faible taux de participation au scrutin du 29 juillet : Désintérêt du peuple à la chose politique !

Les conditions de déroulement du scrutin du 29 juillet 2018 dans la plupart des localités au Mali, malgré la situation d’insécurité qui sévit, ont été saluées par les observateurs nationaux et internationaux. Cependant, si l’on doit se réjouir de ce résultat, il est déplorable de constater le relatif faible taux de participation à ce scrutin (43%) par rapport à celui de 2013 (65%). Peut-on parler de l’expression d’une crise de confiance entre le peuple et le politicien malien ou du désintérêt manifeste de la majorité du peuple à la chose politique ?
L’élection est une fête, celle du peuple dans la citoyenneté et le respect des règles démocratiques. Au Mali, à chaque élection on constate une certaine réticence du grand peuple à prendre part à cette fête. Les efforts de sensibilisation à la participation massive ne suffisent pas pour mobiliser le plus grand nombre d’électeurs inscrits. Cela fut le cas encore cette année à l’occasion de l’élection présidentielle du 29 juillet. Malgré, les dispositions (messages de sensibilisation sur les medias, des spots à la télé et des méthodes de campagne des candidats) incitatrices en vue de galvaniser le peuple malien d’accomplir son devoir civique, le résultat est bien en deçà des attentes. Cela après même que le gouvernement ait pris la décision à travers l’initiative du ministre de l’Economie Numérique et de la Communication, Arouna M Touré de chômer deux jours au profit du retrait des cartes d’électeur biométriques. Cette mesure a été salutaire, car le taux de retrait des cartes d’électeur a été boosté à plus de 50%. De nombreux observateurs avaient estimé que cela constituera un déclic pour tirer vers le haut le taux de suffrages. Au regard d’une relative affluence dans la plupart des centres de vote où le scrutin s’est tenu, d’aucuns pariaient sur un taux élevé de participation. C’est pourquoi tous les regards étaient tournés vers le ministère chargé des élections pour savoir si le taux de participation allait atteindre ou dépasser celle de 2013.
Impatiemment attendu, le ministre de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation, Mohamed Ag Erlaf a levé le voile dans la soirée du jeudi 2 aout 2018 sur les résultats provisoires du scrutin du 29 juillet. En effet, le taux de participation pour ce 1er tour a été à l’ordre de 43% contre 60% enregistré en 2013, également au 1er tour.
Quels peuvent être les potentielles causes explicatives de cet état de fait ?
Pour trouver des réponses à cette question nous avons recueillis les avis de certains citoyennes et citoyennes, qui sont mitigés, mais assez édifiants.
Native de Goudam, Mme Touré Mariam pensent que le faible taux de participation le 29 juillet peut être du au non aboutissement des transferts introduits par des électeurs. « Je n’ai pas pu voter, car mon transfert pour Bamako n’est pas encore effectif » a-t-elle déclaré avec beaucoup de regret. Et d’ajouter : « Je crois que je pourrai voter au 2ème tour, ici à Bamako ».
Voyant le problème sous un autre angle, Mme Maiga Niamoye SISSOKO, résidante à Sébenicoro estime que le véritable problème de la baisse du taux de participation relève de la dispersion des cartes d’électeurs dans les centres de vote. « Je n’ai pas pu voter, car je n’ai pas retrouvée ma carte d’électeur » a-t-elle déclaré, tout en précisant qu’elle a retrouvé son nom, prénom et sa photo devant un bureau de vote sur le fichier électoral. « Mais hélas, j’ai cherché en vain ma carte d’électeur biométrique sans pouvoir la retrouver » a-t-elle apporté avec regret.
Quant à Harouna Maïga, informaticien de son état, lui n’a jamais eu de réponse favorable auprès de la mairie de sa commune. « Je n’ai pas pu m’enrôler, à chaque fois quand je vais à la mairie on me dit que c’est le tour des nouveaux majeurs d’être recensés » a-t-il affirmé avec le regret de ne pas pu voter.
Si pour ces personnes le fait de ne pas accomplir leur devoir civique est indépendant de leur volonté, pour d’autres, tels l’étudiant Mohamed Keïta et la ménagère, Mme Samaké Fatoumata Traoré, les hommes politiques au Mali ne sont plus dignes de confiance. D’où leur refus d’aller souffrir le martyre sous le soleil pour des gens qui n’en méritent pas.
En attendant le 2ème tour prévu pour le 12 aout, il est important de souligner à chaque malien que le vote est le seul moyen pour tout citoyen de contribuer à l’édification et au développement du pays à travers un choix bien réfléchi.
Espérons que le 2ème tour change la donne !
Par Mariam Sissoko LE SURSAUT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

IBK et SBM en véritables touristes

Qui de vous, chers lecteurs, pourrait  nous dénombrer les voyages effectués par le Seigneur de Sebenikoro …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :