samedi 25 novembre 2017
Accueil | Société | FAFPA: une gestion douteuse

FAFPA: une gestion douteuse

Le Directeur général Albachar, dont on dit qu’il est le protégé de la première Dame, peine à éponger les dettes de sa structure
Le Fonds d’Appui à la Formation Professionnelle et à l’Apprentissage (FAFPA) est créé par Loi N° 97-023 du 14 Avril 1997 ; modifiée par la Loi N° 06-057 du 04 décembre 2006 sous forme d’Établissement Public à caractère Administratif (EPA) doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière. Le Décret N° 97-183 / P-RM du 02 Juin 1997 modifié par le Décret N° 07-013 / P-RM du 15 Janvier 2007 fixe ses modalités d’organisation et de fonctionnement. Le FAFPA a pour mission essentielle de contribuer à la mise en œuvre de la politique du Gouvernement en matière de Formation Professionnelle Qualifiante, Continue et par Apprentissage. Il est placé sous la tutelle du Ministère en charge de la Formation Professionnelle.
Pour atteindre ses objectifs, la structure reçoit une importante somme d’argent annuellement. Malgré tout la liste des créanciers du FAFPA ne fait que s’agrandir. Et le DG protégé de la Première Dame peine a épongé ses dettes.

Créé par les autorités maliennes pour apporter une assistance technique et financière aux entreprises et autres opérateurs économiques des secteurs modernes et non structurés, ainsi qu’aux organismes de formation privés et parapublics de droit malien dans le cadre de l’élaboration et de la réalisation de leurs plans et projets de formation ou d’équipement. Le FAFPA semble être en difficulté ces derniers temps.

Cependant, hormis le boucan qu’il fait, Albachar, le DG protégé de la première Dame (selon les uns et les autres) peine à éponger ses dettes. Du coup, la Mecque est devenue son refuge lieu de prédilection pour fuir l’évidence.

Malgré l’importance de la somme d’argent reçue chaque année, la structure se porte très mal aujourd’hui. Il souffre tellement, qu’il urge de s’interroger si oui ou non celui qui est considéré comme étant le protégé de la Première Dame M. Albachar est toujours en mesure de gérer la structure. En tout cas, ce ne sont pas les entrepreneurs, les fournisseurs ou même les journalistes qui me diront le contraire…

« » Auparavant, les journalistes partenaires de la FAFPA étaient assez vite mis dans leur droit. Maintenant, rien ne bouge et je me demande bien pourquoi » », clamait un journaliste de la presse écrite à la maison de la presse mercredi dernier.

Selon un internaute, le FAFPA c’est encore pire avec un népotisme et une gabegie « » scientifique » » des factures payées selon l’affinité. Le ministère en charge de la Formation Professionnelle a besoin d’un coup de neuf.

Comme pour paraître productif, le FAFPA fait défiler sur son site web l’information selon laquelle : 280 jeunes conducteurs, dont 100 moto-taximen et 40 filles, ont bénéficié de l’opération « permis de conduire » du Programme National d’Action pour l’Emploi en vue de réduire la pauvreté (PNA/ERP)… en 2016. En tout cas, la question qui taraude l’esprit de plus d’un est : comment-est-ce que la livraison de permis de conduire à 40 jeunes filles contribuerait-elle à la réduction de la pauvreté ?
Retenez que les ressources du FAFPA sont constituées par : les produits de la Taxe de Formation Professionnelle (TFP), dont le taux est établi à 2 % de la masse salariale des entreprises astreintes à la tenue d’une comptabilité régulière et probante ; la subvention de l’Etat ; les contributions des bénéficiaires de l’appui financier du FAFPA ; les dons, legs et subventions de toutes natures, les emprunts et les recettes diverses.

En attendant d’avoir la liste des 40 filles en question et de savoir à quoi leurs permis de conduire ont servi si c’est n’est de conduire certains Boss. Nous vous proposerons des témoignages dans nos prochaines livraisons pour mettre un peu plus la lumière sur la mauvaise gestion du DG Albachar.

KANTAO Drissa LE CONFIDENT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Enlèvement du Juge de Niono : Les Régions de Ségou, Koulikoro et Kayes dans la psychose

Depuis l’enlèvement du Président du Tribunal de Niono, Soungalo Koné, le vendredi dernier, aux environs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *