mardi 22 août 2017
Accueil | Important | Etude du Coût de la faim en Afrique : La malnutrition cause 50% de mortalité infantile au Mali

Etude du Coût de la faim en Afrique : La malnutrition cause 50% de mortalité infantile au Mali

Le Mardi 07 février 2017, s’est tenue au Centre International de Conférence de Bamako(CICB), la cérémonie du lancement officiel de l’étude du coût de la faim en Afrique (CDFA). L’événement a mobilisé plusieurs personnalités et expert nationaux et internationaux. Et son objectif vise à évaluer l’impact social et économique de la malnutrition infantile au Mali.
L’étude du coût de la faim en Afrique a été officiellement lancée le mardi 7 février dernier, au CICB. La cérémonie de lancement était présidée par le ministre de l’Economie et des Finances Dr Boubou Cissé, en présence de ses collègues des Affaires étrangères, de la Coopération Internationale et de l’Intégration Africaine Abdoulaye Diop, de la Solidarité et de l’Action Humanitaire, Hamadoun Kanaté.
A noter que l’étude du coût de la faim en Afrique, est une initiative continentale codirigée par la commission de l’Union africaine(CUA), l’agence de planification et de coordination(NPCA), et le nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique(NEPAD) avec le soutien de la commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le programme alimentaire (PAM). Elle a pour but de déterminer l’incidence sociale et économique de la sous-nutrition chez l’enfant en Afrique.
Pour la Directrice et Représentante du PAM au Mali, Mme Silvia CARUSO, la malnutrition est provoquée par une alimentation insuffisante. Et elle a de graves conséquences sur la santé des enfants, sur le plan physique et mentale. Au pire des cas elle peut freiner la croissance de l’enfant et même causer sa mort.
Selon elle, le sous-développement et la malnutrition vont de pair. Raison pour laquelle, dit-elle, le PAM continue d’appuyer l’UA dans ses efforts de lutte contre la malnutrition. Selon la directrice, CARUSO pour une première fois, la malnutrition est considérée comme un véritable problème macro-économique. Et de ce fait, elle a précisé que le retard de croissance des enfants maliens sera calculé en termes de retard de croissance du produit intérieur brut. Pour elle, les résultats des études déjà réalisées sur le continent, prouvent que la malnutrition a un impact sur l’individu, les communautés, et les économies nationales. Cet impact se chiffre, selon elle, à plusieurs milliards FCFA. C’est pourquoi dit-elle, il est urgent d’agir.
Selon elle, la mobilisation du gouvernement et de ses partenaires techniques et financiers pour le lancement de l’étude sur le coût de la faim, avec le sous-titre ‘’ l’impact social et économique de la malnutrition infantile’’ est un signal très fort.
À sa suite, la Coordinatrice Résidente du Système des Nations Unies au MALI Ambassadeur du Canada, la Représente de l’UA, ont toutes réitéré leur soutien au Mali pour la réalisation d’un important projet qui aidera le pays à combattre la malnutrition dans toutes ses formes et évaluer son impact socioéconomique.
Le ministre de l’Economie et des Finances Dr Boubou CISSE, a pour sa part révélé que la faim et la malnutrition, sont à la base de 50% de la mortalité infantile au Mali. Une situation qui touche non seulement le domaine de la santé mais également celui du développement social et économique, dont la croissance économique.
Pour lui le phénomène fait perdre au pays chaque année des milliards de FCFA, qui peuvent servir à construire des routes, des hôpitaux, et des salles de classe.
Il a assuré que le gouvernement s’engage pleinement à lutter contre la faim et la malnutrition. Avant de procéder au lancement officiel de l’étude.
Par Jean Joseph Konaté (stagiaire) LE SURSAUT

Djibril Coulibaly

Voir aussi

Soldats allemands morts dans le Nord : Leur hélicoptère aurait perdu une hélice

On en sait un peu plus sur les conditions qui ont occasionné le crash d’hélicoptère …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *