vendredi 23 février 2018
Accueil | Société | ENQUETE SANTE : Le mythe des dates de péremption des médicaments

ENQUETE SANTE : Le mythe des dates de péremption des médicaments

Les pharmacies et les hôpitaux jettent régulièrement des tonnes de médicaments rares et chères lorsqu’ils atteignent leur date d’expiration. Lee Cantrell, un toxicologue travaille au Centre de contrôle de poison en Californie. Roy Gerona, est un pharmacien et chercheur de l’Université de Californie à San Francisco et spécialiste dans l’analyse des produits chimiques. Ils ont eu l’opportunité d’analyser des médicaments âgés de plus de 30 ans.

Selon Cantrell et Gerona, les dates sur les médicaments sont simplement le point auquel les régulateurs fédéraux et les compagnies pharmaceutiques garantissent leur efficacité, généralement de deux à trois ans. Mais les dates ne signifient pas nécessairement qu’ils sont inefficaces immédiatement après la date de péremption, mais juste que les fabricants ne sont pas motivés financièrement à étudier l’efficacité de ces médicaments au-delà de cette limite. Dans son laboratoire, Gerona a fait des tests sur les médicaments âgés de plusieurs décennies ; ils étaient dans leurs boites originales scellées. La grande majorité de ces médicaments ont gardé leur efficacité ; les ingrédients actifs étaient toujours stables.

Après que Cantrell et Gerona aient publié leurs résultats dans le journal médical de “Archives of Internal Medicine”, certains les ont accusés d’être irresponsables et qu’ils encourageaient les malades à prendre des médicaments périmés. Dans une interview dans le magazine ProPublica, Cantrell dit qu’ils ne font que publier les résultats de leur recherche sur la sélection des dates de péremption.

Les organismes de réglementation qui aident à fixer les dates, savent depuis longtemps que la durée de conservation de certains médicaments peut être prolongée, parfois de plusieurs années. Aux Etats-Unis, le gouvernement fédéral a stocké une quantité massive de médicaments, d’antidotes et de vaccins dans des endroits secrets à travers le pays. Ces médicaments seront utilisés en cas d’urgence à grande échelle (par exemple, attaque terroriste, épidémie de grippe ou un tremblement de terre). Le Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) est chargé de superviser le stock national.

Bien que le gouvernement oblige les pharmacies à jeter les médicaments périmés, il ne suit pas toujours ces instructions. Pour déterminer la durée de conservation d’un nouveau médicament, son fabricant l’expose à une chaleur intense et l’imprègne d’humidité pour voir comment il se dégrade sous ces conditions. Il vérifie également comment il se décompose au fil du temps. La société pharmaceutique propose ensuite une date d’expiration au gouvernement, qui examine les données avant de l’approuver. Malgré la différence dans la composition des médicaments, la plupart « expirent » après deux ou trois ans.

Les pharmaciens et les chercheurs affirment qu’il n’y a pas de raison économique pour les sociétés pharmaceutiques de rallonger la date de péremption d’un médicament. Ils font plus de ventes lorsque les médicaments sont jetés après 2 ou 3 ans, même s’ils conservent leur efficacité. C’est un secret de polichinelle chez les professionnels de la santé que de nombreux médicaments conservent leur capacité de guérison bien après leur date de péremption. Un pharmacien dit qu’il ramène parfois chez lui des médicaments périmés pour lui et sa famille.

Dans l’espoir d’économiser sur le coût des médicaments le FDA, l’agence de régulation des médicaments aux Etats-Unis, créa en 1986 le programme de prolongation de la durée de conservation. En 2006, une étude de 122 médicaments testés par le programme a montré que les deux tiers des médicaments périmés étaient stables. Selon les recherches publiées dans le “Journal of Pharmaceutical Sciences”, chaque médicament testé a vu sa date d’expiration prolongée en moyenne de plus de quatre ans. Cantrell n’a jamais entendu parler d’un médicament expiré qui a nui à la santé d’une personne. Il dit qu’il n’y a eu aucun cas enregistré dans une littérature médicale.

Avec le taux élevé de la pauvreté et la cherté des médicaments au Mali, peu de gens peuvent se soigner adéquatement. Un programme de rallongement de la date de péremption des médicaments doit être envisagé par le gouvernement. Ce programme pourrait alléger la pénurie de certains médicaments et économiser des millions à l’Etat et aux consommateurs.
Amadou O. Wane
Collaborateur externe,
Floride, Etats-Unis
amadou@amadouwane.com

Djibril Coulibaly

Voir aussi

CACOPHONIE AU CMTR : La victoire confisquée des transporteurs routiers liste B en question

Prévue pour le 16 décembre 2017 mais reportée, l’élection du bureau national du Conseil malien …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *