vendredi 16 novembre 2018
Accueil | Société | Élections et Droits de l’Homme : Quel rôle pour les médias ?

Élections et Droits de l’Homme : Quel rôle pour les médias ?

Quelle doit être l’attitude des Hommes des médias en cette période électorale afin que les Droits de l’Homme soient respectés ? Voici la question qui réunit les journalistes dans un Hôtel de la place pour y trouver des réponses en compagnie d’Experts pendant trois jours.

 Dans moins de trois semaines, le Mali va organiser des élections présidentielles qui verront la participation de 24 candidats. Ces élections interviennent dans un contexte malien marqué des violences au Nord et au Centre du pays. Des violences qui mettent à mal le respect des Droits de l’Homme. En plus de cette situation, les élections sont aussi des moments très sensibles sur le continent. D’où l’importance pour les Hommes des médias d’être non des « pyromanes », mais plutôt des hommes et des femmes qui ont le souci de maintenir la stabilité à travers des « écrits » et reportages  responsables. Une responsabilité tributaire du respect des règles d’éthique et de déontologie qui régissent la profession. Cette formation est conçue pour aider les journalistes locaux à mieux percevoir les élections dans tous leurs enjeux dans le processus de paix et l’Accord pour la paix et la réconciliation nationale issu des négociations inter-maliennes d’Alger. Ainsi, elle  fournit aux journalistes une meilleure couverture, cohérente et plus précise, sur la question des droits de l’homme. Le cours comprend des séances présentant les concepts des droits de l’homme, les instruments et les mécanismes, avec un accent particulier sur les Droits civils et politiques. Selon le Président du Réseau Médias et Droits de l’Homme (RMDH), Boukary Daou, l’objectif de la formation est de renforcer les capacités des médias sélectionnés à rapporter, sensibiliser et attirer l’attention du Public sur les questions relatives aux Droits de l’Homme dans le pays. Cette formation, selon le Ministre des Droits de l’Homme, Me Kadidia Sangaré Coulibaly, vient à point nommé; car, «notre pays a besoin d’élections apaisées et le journaliste est un des acteurs majeurs. Dans le cadre de sa mission de gestion de l’information électorale, il doit s’informer sur le processus électoral et ses implications dans la société». Son collègue, Harouna Modibo Touré de la Communication, fera savoir que les journalistes doivent contribuer à la réussite de ces élections en étant objectifs et équitables dans le traitement de l’information.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Disparition de notre confrère Birama Touré : Le Comité de soutien pour sa recherche réactive

Le Président du Comité de Soutien pour la Recherche de notre confrère Birama Touré (CSR-BT), …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :