dimanche 21 octobre 2018
Accueil | Politique | DPG à l’Assemblée Nationale : L’honorable Adama Kané répond à l’honorable Karim Kéïta

DPG à l’Assemblée Nationale : L’honorable Adama Kané répond à l’honorable Karim Kéïta

Dans son intervention, l’Honorable Karim Kéïta, le  fiston national, a qualifié le Premier Ministre de Tigre et le compare à Georges Clemenceau. Pressé de prendre la parole pour mettre les pendules à l’heure, l’Honorable Adama Kané rectifie les propos de son collègue Karim Kéïta. 

Adama Kané : «Je  ne pense pas que vous devez vous réjouir de l’éloge fait à votre endroit, vous comparant au Français Georges Clemenceau ; car, notre pays ne manque pas de héros comme les Samory Touré, Tiéba Traoré, Babemba Traoré, Firouh Ag Alisar et tant d’autres. Ils se sont opposés héroïquement à l’occupation française».

Pour lui, le PM doit demander à Karim de retirer ses propos honteux, car cette comparaison évoquée par le fiston n’est point un honneur pour notre pays.

Karim Kéïta, dans sa comparaison, présente Clemenceau comme un redoutable adversaire, un Homme politique intransigeant, il fait tomber de nombreux cabinets, ce qui lui vaut le surnom de «Briseur de ministères». Mais ce n’est qu’à partir de l’âge de 65 ans qu’il accède enfin aux postes à la responsabilité. À son actif, la réorganisation des services de police et la création de la police judiciaire. Écarté un temps du pouvoir, il est rappelé par son ennemi, pour former un nouveau Gouvernement.

En somme, pour Karim, Soumeylou Boubèye Maïga mérite de porter le surnom de Tigre comme Clemenceau.

Quarante-huit heures après la déclaration de sa politique générale, le vendredi 20 avril dernier, devant les Députés de l’Assemblée Nationale, en présence du Gouvernement au grand complet, le Premier Ministre défend son programme. En fait, c’est une déclaration de 20 pages. L’action du Gouvernement conduit par SMB est déclinée en quatre axes : poursuivre la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation nationale  au Mali, issu du processus d’Alger ;  endiguer l’insécurité grandissante dans le Centre du pays ;  satisfaire la demande sociale par l’accélération de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’urgences sociales et  organiser des élections transparentes, crédibles et apaisées. Mais le PM n’a fait aucune annonce forte pour rassurer les Maliens sur la tenue des élections aux dates prévues en répondant à cette session d’hier lundi,  axée sur des questions des Honorables élus du Peuple, pour un mandat de cinq ans (2013-2018). Le temps de parole était réparti comme suit : le Groupe RPM, 90 minutes  45 secondes ; le Groupe VRD ADP SADI, 45 MNS ; le Groupe ADEMA, 25 MNS ; le Groupe APM, 16 minutes et les non-inscrits 3 minutes. Deux camps se distinguent l’un à la défense et l’autre à l’attaque. Le premier défend mordicus la DPG et l’Homme porteur de ladite déclaration et le second camp tenait à lire entre les lignes  ce document ; car, pour eux les détails comptent.

Mahamadou YATTARA

Rédaction

Voir aussi

Gouvernement-Magistrats: Un simple combat d’orgueil !

Hyper indignés contre le décret du gouvernement tendant à réquisitionner les magistrats grévistes, le Syndicat …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *