samedi 16 décembre 2017
Accueil | International | Déficits humanitaires : 1 Malien sur 5 serait en besoin d’assistance

Déficits humanitaires : 1 Malien sur 5 serait en besoin d’assistance

L’Expert indépendant sur la situation des Droits de l’Homme au Mali,  Suliman Baldo, en visite dans notre pays, depuis le 27 novembre dernier, a fini sa mission le 1er décembre.  À la fin de sa visite, il a exprimé ses inquiétudes par rapport à la situation des Droits de l’Homme au Nord et au Centre du pays, y compris des Droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels. Selon le Bureau de la Coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies au Mali, plus 4 millions de personnes sont en besoin d’assistance humanitaire (soit 1 Malien sur 5).  Une situation qui reste déplorable. 

La situation précaire que connaît le Mali crée un environnement favorable à la multiplication des violations graves des Droits fondamentaux de l’Homme, selon Suliman  Baldo, l’Expert indépendant sur la situation des Droits de l’Homme au Mali. Il dira que le Mali fait toujours face à d’énormes défis   dans les domaines de la Gouvernance, de la Sécurité et du Développement. Sur le plan humanitaire, le pays connaît également des déficits. L’Expert estime que le nombre d’incidents de sécurité a augmenté de façon alarmante et cette détérioration de la situation sécuritaire affecte de nombreuses populations civiles qui sont ciblées soit par les extrémistes ou par les criminels. L’insécurité qui affecte la population dans certaines zones du Nord et du Centre du pays a également causé la fermeture de plusieurs centaines d’écoles.

Les acteurs humanitaires qui sont en ce moment fréquemment ciblés par les attaques terroristes ont aussi déploré leur cas. Selon eux, «la crise humanitaire s’accentue, mais devient une crise oubliée ; car, la réponse à cette crise malienne est l’une des moins financées au monde». Environ  20% de la population est en situation d’insécurité alimentaire et 1,2 million de personnes ont besoin d’un appui en eau potable, hygiène et assainissement. Un manque de financement évoqué par OCHA, le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies au Mali qui demande   140 milliards de francs CFA pour faire face aux besoins d’assistance en 2018. Plus de 4 millions de personnes sont en besoin d’assistance humanitaire dans le pays (1 Malien sur 5). L’organisation souligne également que le pays dépasse le seuil d’alerte de la malnutrition aiguë globale. L’absence des autorités locales ou la faiblesse de leurs capacités entravent la fourniture des services de base.  L’insécurité qui prévaut aussi dans certaines Régions du pays entrave l’acheminement de l’aide alimentaire aux vulnérables.

En outre,  la lenteur des procédures mises en place pour traiter les crimes de guerre, les violations et abus des Droits de l’Homme perpétrés dans le Nord et le Centre du pays depuis 2012 a aussi été signalée par l’Expert indépendant à la fin de sa mission d’analyse. Y compris les abus qui seraient commis dans le contexte de la lutte contre le terrorisme international.

Enfin, l’Expert Suliman Baldo  a lancé un appel à la Communauté Internationale de continuer à renforcer sa coopération technique et l’appui financier au Mali afin qu’il puisse surmonter ces défis.  Notamment la question humanitaire et la lutte contre le terrorisme qui constituent la principale préoccupation des populations.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Le Président IBK à Paris : Le renflouement de la caisse du G5 Sahel au menu de son agenda

Après le Sommet sur le climat dénommé «One climat Summit» auquel le Président Ibrahim Boubacar …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *