samedi 15 décembre 2018
Accueil | Politique | Découpage administratif : L’URD s’y oppose sur le fond et sur la forme

Découpage administratif : L’URD s’y oppose sur le fond et sur la forme

Sur un ton narquois, Me Demba Traoré, Chargé à la communication de l’URD, dira que son parti rejette catégoriquement le projet de loi « Ag Erlaf». Il s’agit du projet de découpage administratif du territoire national qui fait actuellement couler beaucoup d’encre et de salives. C’était à la faveur d’une conférence de presse tenue au siège du parti de la poignée de main.

Sans langue de bois et sans passer par quatre chemins, le Directoire du parti URD, au nom de l’ensemble des militants du parti, dira qu’il rejette le projet de découpage administratif. Cela,  tant sur le fond que sur la forme. Il ne pouvait en être autrement. On se rappelle que le Président du parti, Soumaïla Cissé, non moins membre du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie disait lors du dernier meeting de ce front que ce projet était une «bombe à retardement».

Pour le Premier Vice- président du parti, le Pr Salikou Sanogo, ce projet est «unilatéral» ; d’où, selon lui, les nombreuses contestations depuis que la nouvelle a fuité sur les réseaux sociaux. «Le résultat de ce projet c’est qu’aujourd’hui les populations sont poussées à réclamer leurs circonscriptions, un repli identitaire qui fragilise davantage la cohésion sociale».

L’URD se dit étonner qu’après le message de la mission de la CEDEAO, qui a rencontré et l’opposition et la majorité avec des recommandations allant dans le sens du dialogue constructif, que le Régime fasse fi de ces recommandations pour essayer de faire porter une «camisole de force» au Peuple malien.  Cette démarche solitaire, selon Salikou Sanogo, est contraire à l’idéal de dialogue républicain et aux conclusions des travaux avec la mission de la CEDEAO.

Prévu pour le 6 novembre, le Ministère de l’Administration Territoriale et de la Décentralisation  vient d’annoncer le report des concertations régionales sur le découpage administratif à la date du 13 novembre. Ces concertations qui ne vont excéder qu’une semaine, témoignent, selon le Directoire de l’URD, que le Régime veut organiser ces concertations juste pour la formalité. «  Personne ne sait les contours de ces concertations et sur quoi elles vont porter », s’inquiète Me Demba Traoré.

Pour l’ex-ministre de l’Éducation nationale, Salikou Sanogo, il est inacceptable qu’un projet qui touche à l’architecture même du pays soit traité avec autant de légèreté par un seul camp. «C’est un travail sérieux qui nécessite la participation de tous», clame-t-il.

Pour éviter à ce projet le même sort que celui de la Révision constitutionnelle, l’URD appelle le Gouvernement à se ressaisir et à organiser un véritable dialogue inclusif autour de la question.

Mohamed Sangoulé DAGNOKO : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Marche de l’opposition : Encore réprimée

La marche de l’opposition pour dénoncer les crises qui secouent le pays notamment au Nord …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :