samedi 25 novembre 2017
Accueil | Art & Culture | Culture et traditions : Le symbole du turban chez les Nordistes

Culture et traditions : Le symbole du turban chez les Nordistes

 Dans les sociétés africaines, précisément chez les Nordistes du Mali,  les substances culturelles  sont d’un ancrage intemporel. La culture et les traditions se transmettent de génération en génération avec des significations et des symboles à l’épreuve du temps.  De même que les femmes ont, chacune, leurs manières de se  tresser les cheveux et de porter le voile, les hommes aussi se parent en portant le turban. 

 Dans la culture des communautés du Nord du Mali, notamment chez les Arabes, El Tamasheq, Peulhs, Sonrhaïs et Touarègues, pour se marier, il faut, au préalable, avoir été enturbanné.

Ainsi, le jour de leur mariage, avant d’aller à la chambre nuptiale, il faut  d’abord porter le turban par un marabout qui récite, pour une première fois, quelques versets coraniques sur le turban avant de le mettre sur la tête  du jeune marié. Une pratique obligatoire ; car, relevant de notre coutume. Et, cela,  des temps ancestraux. Chez les El Tamasheq, quand un jeune homme atteigne l’âge de se marier, les parents  organisent une grande cérémonie autour du turban. C’est pour l’enturbanner. Ensuite, le jeune turbané  et ses amis de même génération font le tour des familles du village et de la contrée, afin de  récolter des cadeaux (moutons, céréales, argent, or, etc.) pour organiser  une  fête avec les jeunes filles durant toute une semaine.

Toute pratique culturelle étant indissociable,  le port du turban dans la tradition des Nordistes du Mali est tout d’abord un symbole dans ces communautés, et ensuite il sert à protéger  les hommes du soleil, de la poussière et du le froid.

C’est la raison pour laquelle, de nos jours, toutes les communautés ou ethnies qui se trouvent au Nord  portent le turban, y compris  les Occidentaux. Cependant, n’oublions pas qu’en dehors de son utilité pratique, le port du turban est un élément hautement culturel. Il revêt un  caractère symbolique  plus ou moins identique chez ces différentes  communautés. Chez les aborigènes du Nord, le porter signifie avoir franchi une étape culturelle, indispensable même de nos jours pour acquérir le respect au sein de la société. Généralement, c’est à partir de l’âge  de 18 ans que le jeune  touarègue porte pour la première fois le turban. Ce jour, une cérémonie rituelle s’organise, le plus souvent avec honneur pour lui conférer une place dans le cercle des adultes.

Mais, préalablement, il doit prouver ses qualités  de dignité,  d’Homme responsable et aussi, d’endurance  face à la nature et à la capacité à tenir son rang.  L’étoffe  doit être de couleur blanche, appelé  Ashasho et parfois à l’indigo. Ces deux qualités citées ont une signification plus spéciale.  Le premier est porté en signe  de respect  et le second lors de la mise en place d’un Chef désigné ou les jours de fêtes. Quant à la longueur, elle varie.

Selon Tilla Ag, traditionnellement, l’homme  ne quitte jamais son turban qui « recouvre les oreilles ».  Couvrir les oreilles signifie que l’Homme (avec grand H) ne doit pas prêter l’oreille à tout. Il couvre aussi la bouche, parce que  l’Homme ne doit pas dire n’importe quoi. Tilla Ag est un fin connaisseur de la Culture touarègue. Dans cette société foncièrement  conservatrice, rester tête nue n’est pas digne d’un adulte.

Ces valeurs sont partagées par les Sonrhaïs chez  lesquelles le turban est un héritage à sauvegarder et  à  transmettre avec fierté de Génération à Génération. Dans les villages du Nord, malgré le vent secourant de la modernité,  la tradition est  conservée. Et chez les Peulhs, pour les jeunes talibés, après avoir fini d’apprendre, mémoriser et/ou traduire le  Saint Coran assidument  seront enturbannés par le marabout et appelés Alpha ou Thièrno.

Zénébou Maïga : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Tout sur le 1er Salon International de l’Artisanat et la 7ème édition des Journées des Mines : La tenue respective du 1er Salon International de l’Artisanat du Mali

(SIAMA) et la 7éme édition des Journées Minières et Pétrolières du Mali, tels étaient les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *