vendredi 19 janvier 2018
Accueil | Société | Crise à la CAFO : Le torchon brûle entre Ouleymatou Sow et le Bureau intérimaire

Crise à la CAFO : Le torchon brûle entre Ouleymatou Sow et le Bureau intérimaire

La Coordination des associations et ONG Féminines du Mali (CAFO) fait actuellement face à une crise ponctuée de débats houleux au sein des associations féminines du pays. Mme Dembélé Ouleymatou Sow se dit Présidente de la CAFO suite à une Assemblée Générale, tenue le 30 décembre dernier. Pour le Bureau intérimaire, présidé par Kéïta Fatoumata Sissoko, cette élection n’est pas légitime. Selon elle, Ouleymatou Sow a été suspendue de ses fonctions de Secrétaire Générale de l’association depuis le 6 avril 2010. Elle annonce d’ailleurs la tenue d’une autre Assemblée Générale dont le processus est déjà en cours, selon le Secrétaire Permanent. Ainsi, la question principale que se posent les observateurs est de savoir qui représente finalement les femmes maliennes ?

« L’Assemblée Générale de la Coordination des associations féminines et ONG qui a élu Ouleymatou Sow, à la tête de la CAFO, la semaine dernière est nulle est non avenue». Telle est la déclaration de certains Responsables de l’organisation, ce vendredi au cours d’une conférence de presse, tenue à Bamako.

Lors de la rencontre avec les Hommes de médias, la Lettre de suspension d’Ouleymatou Sow qui date du 7 avril 2010 a été distribuée aux journalistes. Dans cette Lettre, on pouvait lire des discrédits sur la CAFO, des agressions verbales et refus de se conformer aux décisions. C’est, entre autres, les raisons qui expliquent dans le document ladite suspension. Il ressort également qu’Ouleymatou Sow et quelques femmes se seraient auto exclues de la Coordination depuis plus de trois ans en ne payant plus leurs cotisations et ne participant non plus aux réunions de la CAFO.

Selon la Présidente du Bureau intérimaire, Mme Kéïta Fatoumata Sissoko dite Fana, l’Assemblée Générale de la semaine dernière n’engage aucunement l’association. Elle annonce même qu’une autre Assemblée Générale élective se tiendra dans les jours à venir.

Pour ce qui concerne le camp de Mme Dembélé Ouleymatou Sow qui a déjà placé son mandat sous le signe de la paix et du développement de la femme, l’ancien Bureau de la CAFO n’est pas légitime ; car, il n’a pas tenu une AG depuis plus d’une dizaine d’années. Et, selon elle, tout ce que déclare ce Bureau à son encontre n’est que de «provocations et de divertissement».

Donc, le bras de fer continue entre les deux parties. Le vendredi dernier, Ouleymatou Sow et son staff ont voulu aller tenir leur première réunion au siège de la CAFO. Mais à leur arrivée, elles ont été empêchées de rentrer au sein des locaux par Fatoumata Sissoko, la Présidente par intérim et les membres de son Bureau. Ce qui a suscité des vives tensions entre les deux tendances de femmes et c’est la police qui est intervenue pour éviter tout affrontement directe qui serait très grave de conséquences.

Le siège de la CAFO est actuellement occupé par le Bureau intérimaire en entendant la tenue d’une Assemblée Générale comme annoncé par la Présidente par intérim.

Il faut noter que Mme Traoré Oumou Touré dont la nomination à la tête du Département ministériel de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille a provoqué ce soulèvement populaire et ne s’est pas encore prononcée sur les faits. C’était elle la Présidente de la structure avant d’être Ministre.

Adama A. Haïdara : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Le cout du hadj à la baisse

Le cout du Hadj pour l’année 2017 a été revu à la baisse. Le hadj …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *