samedi 25 novembre 2017
Accueil | Société | Cour d’assises : Accusés de meurtre et complicité de meurtre : Souleymane Traoré, 5 ans de prison ferme et Ousmane Traoré acquitté

Cour d’assises : Accusés de meurtre et complicité de meurtre : Souleymane Traoré, 5 ans de prison ferme et Ousmane Traoré acquitté

La Cour d’assises, dans son audience d’hier 14 août, s’est prononcée sur une affaire de meurtre et complicité de meurtre. Les coaccusés sont Souleymane Traoré et Ousmane Traoré. Au prétoire, le principal accusé écope de 5 ans ferme et le présumé complice acquitté.

 

Selon le contenu du dossier renvoyé devant la présente Cour d’assises, dans la nuit du 20 au 21 mai 2015, aux environs de 19h, au quartier de Mancourani Natien, à Sikasso, suite  à des insanités, le défunt Oumar  Traoré aurait tenu à l’endroit de la dame Ramatoulaye Koné. Une altercation alors s’éclata entre Oumar  Traoré et le nommé Ousmane Traoré dit «Soma Wahabia». Au cours du premier round, Ousmane Traoré alias Soma Wahabia assena des coups de poings au défunt. Des voisins et passant s’interposèrent entre eux pour les séparer. Au cours de cette intervention, Ousmane Traoré traita de maudits ses propres enfants pour être restés passifs, pendant que le défunt insultait leur mère. Pleinement excité par les propos de son père, Souleymane Traoré s’empara d’un couteau et se dirigea vers la scène de la bagarre. Entre temps, le père d’Ousmane Traoré, toujours énervé, se livra à un second round avec le défunt. Au cours de ce 2e accrochage, il terrassa le défunt, Oumar Traoré. Celui-ci se releva mais en constata qu’il était désormais seul face au duo père et fils. Il s’enferma dans une chambre et la boucla de l’intérieur à l’aide du crochet. Le père d’Ousmane Traoré alias Soma Wahabia resta aux aguets, pendant un bon moment à proximité de la famille Koné. Le lendemain matin, c’est un corps sans vie d’Oumar Traoré qui a été retrouvé dans la chambre où il s’était refugié la veille. Il fut poignardé au ventre. Curieusement, en plus du crochet, la porte était également fermée à clé. Du coup, les membres de la famille Koné, notamment Mme Korotoumou Koné et son fils Issa Koné furent également soupçonnés et inculpés pour complicité de meurtre. En tout cas, il ressort des pièces du dossier que cette nuit là, Issa revenant du « grin », a demandé à sa mère pourquoi elle n’était pas encore couchée. Et celle-ci lui aurait  répondit qu’un garçon s’était enfermé à l’aide du crochet à l’intérieur du battant dans une de leurs chambres. Qu’elle a tout fait pour qu’il ouvre la porte sans succès et que c’est lui qui la conseilla d’aller se coucher et que le lendemain, le garçon ouvrira la porte. Mais, avant d’aller se coucher, Mme  Korotoumou ferma la porte à clé, de l’extérieur pour ne pas, dit-elle, que le garçon ne sorte tard dans la nuit en laissant la porte ouverte. Toutefois, avant d’aller se coucher, Korotoumou et son fils ne savaient même pas que le jeune homme qui s’était enfermé chez eux était Oumar Traoré. Surtout qu’il n’y avait aucune trace de sang dans la cour ou devant la chambre concernée. Mieux encore, le lendemain matin, avant de se rendre à la prière de l’aube, elle frappa encore à la porte et ce fut toujours sans succès. Ce n’est qu’à son retour qu’elle demanda à son soudeur de l’ouvrir par la force. Après tout ce qui précède, il résulte des charges suffisantes contre Souleymane Traoré d’avoir, poignardé mortellement, dans la nuit du 20 au 21 mai 2015, Oumar Traoré. Cela, avec un couteau et la complicité d’Ousmane Traoré dit Soma Wahabia et son fils Souleymane Traoré. Faits prévus et punis par les dispositions des articles 199 alinéas 1, 201 et 24 du Code pénal. Vu les dits articles, ensemble, et suivant les dispositions de l’article 185 du Code des procédures pénales la Cour a condamné le coupable principal à 5 d’emprisonnement ferme et acquitté l’accusé de complicité de meurtre.

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Enlèvement du Juge de Niono : Les Régions de Ségou, Koulikoro et Kayes dans la psychose

Depuis l’enlèvement du Président du Tribunal de Niono, Soungalo Koné, le vendredi dernier, aux environs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *