mardi 21 août 2018
Accueil | Votre opinion | CONTRIBUTION :L’Appel au Peuple malien de M. Marcel Banou et de l’Abbé Toussaint Ouologuem

CONTRIBUTION :L’Appel au Peuple malien de M. Marcel Banou et de l’Abbé Toussaint Ouologuem

Nous voici en train de traverser un moment dont nous ne sommes pas fiers. Nous sommes en train de vivre une page de notre histoire qui ne nous honore pas. Mais, sachez qu’il est passager. Il n’est qu’un coup de vent avant une bonne pluviométrie. De nombreuses pluies divines sont précédées par de violents vents. Ces vents qui noircissent le ciel de notre territoire aujourd’hui et claquent nos portes passeront et nous bénéficierons de pluies de grâces. Sachez que nos meilleurs jours sont proches. Ils sont déjà à nos portes. Chers compatriotes, conservez la foi ; chérissez l’optimisme.
Nos ancêtres ont eux aussi connu des périodes sombres dans leur histoire. Ils les ont chevauchées comme de grands guerriers. Ils ont bâti des empires au fils des années. Ils ont façonné nos villes et villages au cours des temps. Ni les vents, ni les temps, ni les pluies, ni les sécheresses ne les ont arrêtés. Ce sont eux qui ont bâti ce que nous appelons aujourd’hui : An ka Maliba. Ce n’est pas nous, qui allons désister aujourd’hui.
Il est à nous, ce pays. Nous sommes ce pays.
Nous sommes un Peuple Vaillant et Intègre,
Un Peuple Valeureux et Bâtisseur,
Un Peuple Un et Pluriel,
Un Peuple de Paix,
Un Peuple du « Nous ».
Nous sommes le Mali. Le Mali aux milles et une couleur. Nous sommes le Mali de la tolérance et du vivre ensemble. Nous sommes femmes et hommes, jeunes et vieux, Bambara et Soninké, Peulhs et Bobo, Dogon et Sonrhaï, Touareg et Arabe, Senoufo et Bozo, Malinké et Kakolo. Nous sommes le peuple du Nous, dignes fils et filles du Mali.
Nous, Comme cette immense famille unie.
Nous : comme l’espérance qui anime ce peuple au destin radieux. Qu’il fasse sombre ou que son ciel soit nuageux, qu’il déluge sur son sol, que les vagues déferlent sur ses rives ; ou que les vents chauds du désert l’envahissent, il sait garder le cap. Même quand souffle le sulfureux vent de la division ou quand-même survient la calamiteuse tempête de la guerre ; dans le sursaut, il sait saisir la lumière salvatrice qui pointe à l’horizon : l’unité et la paix.
Nous sommes bâtisseurs ! Notre rêve est de bâtir un Mali nouveau dans les ruines de nos égarements. Nos valeurs sociétales et identitaires seront le socle.
Nous sommes un peuple qui ose, osons prendre du recul. Recul personnel et collectif. Osons- nous demander, où ai-je trébuché, et où avons-nous trébuché ?
Avons-nous manqué de courage politique ? Avons-nous trahi nos idéaux, notre devise, notre peuple ? Nous sommes interpellés à la grande place du peuple !
Avons-nous sombré dans l’abîme de l’égoïsme ? Sachons que nous sommes un peuple et c’est ensemble que nous arriverons. Seul, nous périrons dans les égouts du “Moi”, du “Clanisme”, de l’ethnocentrisme, du “régionalisme”…
Le vent du laisser-aller, de la paresse, du despotisme : nous a-t-il emporté ? C’est le temps du ressaisi !
Le cancer de la corruption a-t-il atteint notre cœur et souillé nos comportements ? C’est le temps du repentir.
Le démon de la division nous a-t-il habité ou effleuré ? Sachons que le Mali du “Nous” est notre destiné commune. L’unité est la source à laquelle nous devons tous boire. Unis, la paix triomphera!
Que se réveille en nous l’esprit de la cohésion et du vivre ensemble ! Que chacun allume le flambeau de la paix ! Que brille notre lumière !
Avons-nous exclu par mégarde quelques-uns d’entre nous ? Sachons que l’exclusion nourrit la frustration et est mère de la révolte. Nous sommes frères et sœurs.
C’est à nous qu’il revient de construire notre nation, vaillamment, pas à pas, pierres sur pierres, mains dans les mains ; encore plus beau, plus grand, plus fort et plus paisible.
Nous ferons un nouveau Mali avec les larmes de nos déceptions. Fondés sur les valeurs reçues, et faisant jaillir ces valeurs que nous sentons vibrer au tréfonds de notre cour, nous bâtirons notre pays sur des bases beaucoup plus solides.
Nous écrirons une nouvelle page d’histoire avec la plume de notre foi unanime. Car ce que nous voulons tous, c’est que lorsque nos générations futures voudront parler de nous, qu’ils disent que nous avons été des femmes et des hommes, vaillants, qui leur ont permis d’avoir une vie meilleure.
Ainsi nous serons ce peuple qui assiste et non celui des assistés. Nous serons ce peuple qui permet à ses enfants de se hisser aux rangs des ceux qui dirigent le monde, qui apportent toutes les contributions qu’ils voudraient apporter dans ce monde, du nord au sud, de l’est à l’ouest.
Ce monde est aussi à nous. Donnons-nous la possibilité de pouvoir aider et non plus à se faire uniquement aidés.
Depuis nos maisons, jusqu’au dernier recoin de nos routes et de nos champs de riz, de blé, de mil et de coton, nous laisserons les marques de notre dévouement pour un lendemain meilleur.
Nous sommes le Mali, un Peuple, un But, une Foi.
Que Dieu bénisse notre Maliba !
Marcel Banou, écrivain, médiateur culturel à Rome et
Ab. Toussaint Ouologuem, prêtre du diocèse de Mopti et prof. au Grand Séminaire Saint Augustin de Bamako

Djibril Coulibaly

Voir aussi

HAMADY SANGARE, PRESIDENT DE MALI IBK 2018 : « Le bilan d’IBK me paraît très édifiant. Il est la solution pour le Mali. Je sais qu’il va gagner ».

Il y a un an, l’homme était quasiment inconnu du grand public. Depuis quelques mois, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *