lundi 17 décembre 2018
Accueil | Société | Contestation des résultats de la présidentielle : Ces marches qui équivalent à une interpellation forte

Contestation des résultats de la présidentielle : Ces marches qui équivalent à une interpellation forte

Certes, les marches de protestation peuvent ne pas changer les résultats. Cependant, elles équivalent à une alerte à la fraude électorale. C’est du moins l’avis d’un observateur de la scène politique malienne. 

Depuis la proclamation définitive des résultats du second tour de l’élection présidentielle 2018, l’on assiste à des  séries de marches de protestation et de contestations dont la portée n’est pas à sous-estimer.  Contrairement à 2013, cette année l’élection du Président de la République ne semble pas déroulée dans le respect strict des  règles de l’Art démocratique.

Dans la perspective des prochains rendez-vous aux urnes, l’opposition multiplie les réactions. Cela, afin d’éviter d’autres trucages aux législatives prochaines, des communales partielles et des Régionales en vue. «Certes, la marche que nous venons d’effectuer aujourd’hui peut ne pas changer les résultats de la mascarade électorale du Président de la République ; mais, c’est une alerte face à d’autres fraudes électorales en gestation concernant les prochaines élections générales », martèle un autre manifestant. Selon lui, mieux vaut prévenir que guérir. Lors de la dernière marche de l’opposition contre la fraude électorale et le bourrage d’urnes dont le régime IBK est devenu Expert, une autre manifestante laisserait entendre que les mouvements de protestation et de dénonciation  des résultats frauduleux demeurent première en République du Mali.

En conséquence, selon l’intéressé, cette marche pour laquelle les populations de Bamako, de l’intérieur et l’extérieur sont massivement sorties pour répondre à l’invitation du Chef de file de l’opposition, l’Honorable Soumaïla Cissé, se justifie à bien d’égards. Si, dans un premier temps, elle ne savait produire un changement immédiat des résultats contestés, elle doit, tout de même, servir une alerte stratégique contre les manœuvres anticonstitutionnelles et/ou antidémocratiques du Régime  en place. Un Régime qui excelle dans la manipulation des résultats des scrutins à laquelle plusieurs États africains s’adonnent sous l’ère démocratique. Donc, l’issue escomptée de ces marches pacifiques aura servi de prévenir que les prochaines législatives et régionales ne seront point transparentes et régulières. Or, cela  risque fort de plonger le pays dans une autre crise politique plus profonde. Attendons voir !

Mohamed BELLEM : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Pourtant accusé de pédophilie : Zié Sanogo acquitté par la Cour d’Assises

Né vers 1975 à Sikasso, fils de Mamadou et de Mariétou Sanogo, Technicien comptable, Zié …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :