lundi 10 décembre 2018
Accueil | Société | Commune de Fallou : Plus de 13 villages, des écoles et des magasins envahis par les pluies diluviennes

Commune de Fallou : Plus de 13 villages, des écoles et des magasins envahis par les pluies diluviennes

Le mercredi dernier, de fortes pluies diluviennes se sont abattues  sur la Commune rurale de Fallou, dans le Cercle de Nara, Région de Koulikoro. Selon notre source, le drame a touché 13 villages ; soit des centaines de familles, des écoles et des magasins de stockage.

Comme annoncé dans les récentes prévisions de la METEO-MALI, la saison hivernale de cette année est en train d’enregistrer de fortes pluies intempestives parfois diluviennes avec  d’importants dégâts matériels inattendus. Des cas d’inondations récurrentes avec d’importants dégâts matériels ont été déplorés, la semaine dernière, dans plusieurs localités riveraines du pays. Située à 110 km du Cercle de Nara, avec une population de plus 40.000 Habitants, la Commune rurale de Fallou est aujourd’hui l’une des plus grandes victimes de ces cas d’inondations de cette période pluvieuse.

En effet, le mercredi 19 septembre dernier, le sommeil des Habitants de la Commune rurale de Fallou a été perturbé par une forte pluie diluvienne qui a causé d’importants dommages matériels. Selon notre source locale, au total, ce sont treize (13) villages, des écoles et des boutiques tous, ont été ciblés par le drame. Il s’agit,  entre autres, des villages de Toumboula, de Diankabougou, de  Sansankoura, de Tronthila, de Madina Soucko, de  Djigué, de  Kolonkroba,  de Marena Diarisso, de Ntomondo, de Sountiana, de  Siebougou, de Fallou et de Badalabougou. Des champs n’ont pas été aussi épargnés par le phénomène: «Plus de trois cent quatre-vingt-six (386) hectares de champ de toutes variétés (mil, gombo, sorgho, arachides, haricots) ont été touchés », a-t-on appris. Selon la même source, l’inondation a aussi occasionné l’effondrement de 179 maisons dans ladite commune rurale, dont 56 à Fallou-centre et 123 à Sountiana. Egalement, au total, 835 personnes sont contraintes de se déplacer dans la Commune (soit 259 personnes issues de 15 familles à Fallou et 576 personnes de 22 familles à Sountiana). Des écoles, plus un hôpital, des Magasins de Stockage, des boutiques, la caisse d’épargne ont aussi été envahis par les eaux des pluies diluviennes.

Suite à cette inondation, la population sinistrée qui n’a reçu que huit (8) tentes et deux (2) tonnes de vivres et quelques moustiquaires  des mains des autorités locales, lance un vibrant appel au Gouvernement et à tous les Ressortissants et sympathisants de Fallou, aux partenaires techniques et financiers du Mali à touts personne de bonne volonté de les appuyer dans ce triste évènement afin de surmonter cette épreuve douloureuse.

Quant aux besoins, ils se portent sur les moustiquaires, nattes, tentes, couvertures, grésils, eaux de javel, aquatabs, savon et naturellement, des vivres. Au moment où nous mettions  sous presse, les sinistrés n’avaient reçu aucun secours, ils  dormaient à l’air libre et dans certaines familles voisines.

Ainsi, ils  demandent également aux plus hautes autorités du pays notamment le Gouvernement et les autres structures nationales et internationales spécialisées à leur porter un regard humaniste afin qu’ils puissent rebâtir leurs maisons  urgemment.

Face aux menaces d’inondations, il faut des mesures d’urgence pour faciliter le drainage des eaux, en confectionnant des digues et envisager le pompage des eaux.

Lors d’une sortie médiatique, la semaine dernière, le Chef de la Division des Opérations de secours et d’assistance a indiqué, que relativement aux estimations sur les données du début de la saison hivernale jusqu’à la date du 3 septembre 2018, la protection civile a enregistré environ soixante (60) cas d’inondations, dans lesquelles environ 3 105 ménages touchés et qui ont fait plus de 21902 sinistrés parmi la population. Selon lui, les zones qui ont été ciblées sont presque dans toutes les différentes Régions du pays, notamment Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal bien sûr le District de Bamako. «La protection civile n’a pas achevé de quantifier les dégâts matériels », a-t-il déclaré avant  d’ajouter qu’il y a eu 14 blessés et 13 cas de décès depuis le début de cette période hivernale.

Faut-il rappeler que le dernier Rapport du Bureau de la Coordination des Affaires Humanitaire de l’ONU (OCHA) avait annoncé  que, dans son dernier bilan faisant la situation des inondations  datant du mois d’aout 2017, 7000 personnes ont été touchées par des inondations principalement dans le Nord du pays. Plus de  400 maisons ont été détruites et plus de 300 autres endommagées  avec plus de 26.000 animaux  emportés par les eaux des inondations déplorées lors de la dernière saison pluvieuse.

Seydou Konaté : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Morcellement des parcelles publiques à Ouenzindougou : La population montre les muscles

Face au phénomène de morcellement des espaces publics qui prend de l’ampleur, les populations de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :