dimanche 19 mai 2019
Accueil | Santé | Ce qu’il faut savoir sur la trypanosomiase humaine africaine : Quels sont les signes de la maladie ?

Ce qu’il faut savoir sur la trypanosomiase humaine africaine : Quels sont les signes de la maladie ?

La fièvre, les maux de tête (céphalée), de longue durée, rebelle aux traitements habituels. Il y a d’autres signes Ganglion au niveau du cou et d’autres signes troubles moteurs (mouvements anormaux, tremblements difficultés à marcher).
Il y a également des troubles psychiques (agressivité, apathie, confusion mentale) dont un grand amaigrissement et faiblesse et le signe le plus évocateur est la somnolence diurne, c’est-à-dire la personne dort excessivement le jour. Il y a des malades de cette maladie qui dorme excessivement accosté au mur et d’autre allongée au sol comme des morts.

Comment cette maladie est provoquée ?
Elle est provoquée par un microbe qu’on appelle le « chromosome ». Pour avoir ce microbe dans le sang il faut que la personne soit piquée par la mouche Tsé-tsé (glossine). Il y a 31 espèces de cette mouche. L’espèce qui donne cette maladie chez nous est la mouche palpalis.

Quels sont les différents types (formes) de maladie du sommeil ?
Il y a deux formes que sont : la forme Gambiense et la forme Rhodesiense. Le parasite de la forme Gambiense a été découvert en 1902 en Gambie et se trouve en Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale et la forme Rhodesiense se trouve en Rhodésie et découvert dans ce pays en 1910 et également en Uganda et Zambie, se trouve en Afrique de l’Est et l’Afrique Australe.

Y’a-t-il une différence entre les deux formes ?
Le réservoir du germe Rhodesiense (Zoonose) est de forme animale tandis que, la Gambiense est de l’homme. La forme Gambiense est chronique (endémique), elle évolue lentement jusqu’à 5 ans sans problème avant l’atteinte du cerveau alors que, la Rhodesiense est aigue et épidémique c’est-à-dire elle tue immédiatement.

Quels sont les modes de transmission ?
La forme Gambiense, est le même mode de transmission que le paludisme dont la transmission par la mouche Tsétsé qui pique un Homme malade pour repiquer un autre qui est sain, ou encore entre la mouche Tsétsé et l’homme.
La transmission de la forme Rhodesiense se fait entre l’Homme et l’animal et vice-versa. La particularité est que cette forme tue immédiatement.

Le rôle de l’OMS dans la lutte contre cette maladie ?
Elle est considérée comme une maladie de santé publique. Depuis bien avant 1960 l’Organisation de la santé (OMS) parcourt toutes les zones censées être endémiques avec des équipes mobiles comme Lazaret et Trypanos qui s’occupaient de cette maladie. Cette politique de l’OMS à fait diminuer le nombre de 300 000 personnes à 8000 à partir de 2001 en Afrique. C’est à partir de ce résultat cette stratégie que, l’OMS décide d’aller vers une élimination couplée à la phase surveillance pour certain pays qui n’a pas enregistré de cas depuis une dizaine d’année.

Propos recueillis par Diam Wagué LA SIRENE

Djibril Coulibaly

Voir aussi

LUTTE CONTRE LE PALUDISME : Target-Malaria Mali outille les journalistes sur les moustiques génétiquement modifiés

La salle de conférence Icermali dans l’enceinte de la Faculté de médecine au point G, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :