samedi 16 décembre 2017
Accueil | Art & Culture | Bintou Yoro Diakité : Une future icône dans One Man Show

Bintou Yoro Diakité : Une future icône dans One Man Show

Humoriste, comédien, auteur réalisateur, très dynamique et compétent, le jeune Yoro Diakité alias Bintou Yoro est pétri de talents promoteurs dans les domaines du cinéma. Au-delà de sa participation à la réalisation des séries les plus populaires au Mali (Rois de Ségou, Bajènè, Dougoubasigui, yèrèdonbougou), Bintou Yoro est auteur/réalisateur de plusieurs courts métrages et des documentaires. Comédie et humour dans le sang, l’Homme a eu plusieurs prix internationaux. Mieux, il s’est révélé dans la spécialité One Man Show à travers le spectacle intitulé la Charia de Bintou Yoro, humoriste djihadiste dans «On ne danse pas, c’est haram» de Tadaza. Son talent illustré dans cette émission de l’ORTM, présentée par Manken, lui promet une carrière exceptionnelle dans One Man Show.

Né le 25 octobre 1986, à Gao, de mère Sonrhaï et de père Peuhl, Yoro Diakité est originaire de Fouladougou de la lignée de la chefferie de Sébékoro, dans le cercle de Kita, Région de Kayes. Marié et père d’un petit garçon, Bintou Yoro excelle vite dans le milieu de la culture malienne. Plus précisément, dans les domaines du théâtre, du cinéma et de l’humour. Pourtant, l’Homme est titulaire d’un certificat d’aptitude professionnel (CAP) en mécanique général au terme de ses études secondaires, 2004-2007, à San.

Comme disait l’autre, le destin est fatal. C’est le moins qu’on puisse dire. Car, une fois à Bamako, le natif de Gao sera infecté par le virus de tout ce qui se rapporte à l’Art dramatique. Le théâtre, l’humour et le cinéma sont, du coup, devenus ses loisirs. C’est ainsi, de 2007 à 2012, Bintou Yoro Diakité suivra la formation en théâtre et danse avec la troupe Babemba du District de Bamako. Il a participé à des ateliers de formation théâtrale de Khalid Tamer sur le corps du comédien sur scène ; le comédien face à un public. Aussi, il a fait ses pas chez le célèbre réalisateur Boubacar Sidibé. De 2008 à 2009, le jeune de Fouladougou a effectué des stages sur la pratique de la caméra, la prise de son et la préparation d’un tournage de film (de la préparation au plateau de tournage) à la société Brico Films. S’y ajoutent d’autres sessions de stages pratiques sur la réalisation et le montage organisées par l’Union des créateurs et entrepreneurs du cinéma de l’Afrique de l’Ouest.

Stagiaire réalisateur/auteur réalisateur

Ce jeune artiste est fait d’un talent inné. C’est le moins qu’on puisse dire de sa jeune carrière déjà riche et prometteuse.

En effet,   Bintou Yoro a pratiquement participé à la réalisation de toutes les séries cinématographiques phares produites dans ces dernières années au Mali. Il a figuré en tant que stagiaire pratiquant lors de la réalisation des 20 épisodes de 20 MNS de la première saison de la Sitcom Bajènè de la Télévision nationale du Mali (ORTM) mise en scène par Ousmane Sow. Et il fut assistant réalisateur et comédien sur les 20 épisodes de la deuxième saison de la Sitcom Bajènè de la Télévision Nationale du Mali (ORTM). Yoro a été stagiaire réalisateur et comédien dans les 21 épisodes de la première saison des Rois de Ségou de Boubacar Sidibé puis assistant réalisateur des 21 épisodes de la deuxième saison des Rois de Ségou de Boubacar Sidibé. Faut-il noter qu’il est le 2e assistant réalisateur de la série Dougoubasigui de Boubacar Sidibé. En 2014, il a été l’assistant réalisateur de la série Yèrèdonbougou (52 épisodes) de Boubacar Sidibé.

En outre, Bintou Yoro Diakité projette d’écrire des scénarios et de réaliser des films pour être un grand réalisateur cinématographique dans l’avenir. Des preuves de cette ambition sont révélatrices. Déjà, il a, à son actif, des courts métrages parmi lesquels on peut citer : l’Africain (d’une durée de 6 minutes) ; l’Orphelin (d’une durée de 13 minutes) ; Aïcha et Oumar (d’une durée de 7 minutes). Il a d’autres documentaires à son actif dont : l’Eau, source de vie  et les danses Soninkés.

Mais, pour l’instant, il brille devant la caméra ; c’est-à-dire, il joue sur scène et émerveille le public dans son costume d’humoriste et de comédien.

Comédien et humoriste

Sur ce terrain, Bintou Yoro Diakité affiche sa marque au Mali tout comme en Afrique. Le Public malien est témoin de ses prestations fantastiques. De 2008 à 2012, il a tenu en haleine de ses nombreux fans avec  Yèlèbougou (la case du rire), un spectacle de rires sur l’ORTM, initié par Fanaday. Ses humours marquent toujours les esprits. D’ailleurs, en 2012,   Bintou Yoro a remporté le prix du meilleur humoriste de la première édition du trophée des talents du rire du Mali initiée par Galaxie Plus.

Côté trophées, le jeune originaire de Sébékoro a eu des prix bien avant cette date. Lors de sa participation au festival clap ivoire, à Abidjan, en 2009, où il a honoré le Mali en gagnant le prix spécial du public. L’année suivante, au festival international de Nyamina de Souleymane Cissé, on lui a décerné le prix du meilleur film.

Faut-il noter qu’après l’aventure de Yèlèbougou, il a joué, de 2012 à 2015, à Lafia Show. C’est un spectacle de rire initié par Galaxie Plus sur TM2.

Mieux, ses talents lui ont permis d’être choisi par le réalisateur mauritanien Abdrahamane Sissako. Il a figuré dans le film Tombouctou en tant qu’acteur. Ainsi, il a été acteur dans le film (Tombouctou) du réalisateur mauritanien Abdrahamane Sissako. Aussi, il a joué en tant que comédien dans la création théâtrale (dormir dans l’Azawad) de la FEDAMA (Fédération des artistes du Mali) de l’auteur et metteur en scène Boubacar Diallo (Belco).

A cet effet, Bintou Yoro est devenu le chouchou des grandes entreprises de la place dans le cadre de leurs spots publicitaires. Il est comédien principal de la pub (Djiguiya poursuivit par le chien qui finit par monter sur l’arbre) du réseau de télécommunication Orange Mali, et celui de la pub Djiguiya data forfait bana.

La troupe Gnognolons a toujours loué ses services. Bintou Yoro a participé à plus de cent (100) sketches de sensibilisations et de spots télé avec cette troupe Gnogolon, très appréciée au Mali, de feu Ténema Sanogo dit Lassidan.

Faut-il préciser que Bintou Yoro était le comédien invité avec Adama Dahiko de la Côte-d’Ivoire à la 2e édition ciné droit libre de 2016.

One Man Show, le rêve de Bintou Yoro Diakité

« Je rêve, ambitionne et projette d’être une star dans One Man Show avec des thèmes qui touchent un peu toutes les réalités du Mali en particulier, de l’Afrique et du monde en général », nous a confié le jeune artiste. Peut-on noter, cette volonté est en train de se réaliser avec une singularité appréciée par les spectateurs. Ici, on fait allusion à son premier One Mane Show  avec World Label dont le spectacle s’intitule la Charia de Bintou Yoro. En fait, dans cet One Man Show, il est humoriste djihadiste (on ne danse pas, c’est haram) dans tadaza. C’est une émission de l’ORTM, présentée par Manken, qui a fait ses beaux jours. D’ailleurs, le jeune humoriste, comédien et réalisateur envisage de faire une tournée nationale et sous-régionale avec cet One Man Show.

Son jardin secret

Il a pris le prénom de sa maman et coller à son nom d’où Bintou Yoro. Pour lui, c’est une manière de s’afficher avec elle et, par la même occasion, de reconnaître les valeurs de toutes les mamans du monde entier.

Bintou Yoro, selon ses témoignages, s’inspire de tous ce qui se passe dans son environnement, dans son pays comme réalités. « Ma force c’est ma mère, ma force c’est aussi l’ensemble de toutes les personnes de bonne volonté qui m’aiment, qui m’appuient et qui me donnent des conseils, que je les fréquente ou avec lesquelles je collabore, vis-versa », révèle-t-il.

Pour ce faire, son idole est Habib Dembélé, communément appelé Guimba National. Parce que, à l’en croire, c’est à travers lui qu’il a franchement commencé à aimer l’humour et le théâtre. Singulièrement, c’est de Guimba National que Bintou Yoro. Bien qu’il s’inspire d’autres comédiens maliens comme le feu Téniman Sanogo (Lassidan national), le feu Fodé (Zankè), Hamadi et Lancina Coulibaly.

Toutefois, « Habib m’a vraiment affecté, il m’a donné le virus de l’art, du théâtre, de l’humour. En un mot, c’est à travers lui que j’ai commencé à aimer l’humour et le théâtre», spécifie Bintou Yoro Diakité.

Conseils de Bintou Yoro

« Nous, les artistes, nous sommes le miroir de la société, nous racontons les choses qui se passent dans la vie. Les artistes sont les pliés de la société. Je lance un appel solennel à tous les artistes, surtout de ma génération, de prendre ce métier à bras le corps. Tous, qu’on fasse comme art, que ça soit la dense, l’humour, le rap, le théâtre, le cinéma, prenons à bras le corps ce métier que nous aimons ; faisons-le avec beaucoup de sérénité, avec le maximum de respect, et avec le plus grand amour. C’est ce qui fait notre amour», recommande Bintou Yoro Diakité. C’est dire qu’  «aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années». En tout cas, cette assertion cadre bien avec Yoro Diakité dans sa carrière d’artiste comédien.

Oumar Diakité : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

HADJA FANTA DIABATE : L’artiste compositrice malienne enflamme le patio de l’institut français de Bamako avec le style Rock madingue

Depuis quelques moments, l’Institut Français de Bamako s’attèle à programmer des artistes maliens dans la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *