vendredi 26 mai 2017
Accueil | Sports | BASKET-BALL : L’Afrique intègre l’ère de «One Fiba»

BASKET-BALL : L’Afrique intègre l’ère de «One Fiba»

Bamako a abrité du 20 au 21 avril 2017 le congrès du mi-mandat de Fiba-Afrique. Plusieurs thèmes ont été débattus afin que tous les acteurs africains du développement de la balle au panier (dirigeants, arbitres, joueurs, journalistes, sponsors…) soient au même niveau d’information sur les reformes en cours. Il s’agit, entre autres, du système et calendrier ainsi que des nouvelles règles des compétitions, la nouvelle formule du 3 contre 3 (3×3), le développement des fédérations nationales, les relations entre FIBA-Afrique et les fédérations nationales.

«On parle peu de l’Afrique dans des organisations internationales comme les Nations unies, la Banque mondiale… parce que nous avons rarement cherché à nous imprégner des mécanismes de leur fonctionnement… Aujourd’hui, nous nous battons pour que le basket africain puisse être le grand bénéficiaire des reformes engagées au niveau mondial. Nous agissons donc pour que toutes les fédérations nationales prennent le train à quai afin que l’Afrique ne soit jamais distancée dans la mise en œuvre du projet One Fiba» ! C’est ce que nous a confié, avec conviction et détermination, M. Hamane Niang. Président de Fiba-Afrique, il est aussi le 1er vice-président de Fiba.
Lors du congrès extraordinaire du 16 mars 2014 à Istanbul (Turquie), les fédérations nationales membres de la Fiba ont modifié ses statuts pour renforcer l’organisation afin de mieux faire face aux défis futurs et saisir les opportunités stratégiques de croissance.
Cela a conduit au décloisonnement du management du basket mondial à travers une ambitieuse reforme dont la maîtrise par les Africains était l’un des enjeux du congrès du mi-mandat de Fiba-Afrique à Bamako du 20 au 21 avril 2017.
Dans notre capitale, plusieurs dossiers ont ainsi été examinés par les participants. Il s’agit, entre autres, du nouveau système et le calendrier des éliminatoires de la Coupe du monde 2019 en Chine, le dossier de l’Afrobasket masculin, la promotion du 3×3, le développement des fédérations et des zones, etc.
Pour ce qui est des nouvelles compétitions, un agenda mondial harmonisé est déjà conçu. Et la qualification à la coupe du monde change de formule. Ainsi, les 16 pays qualifiés pour l’Afrobasket «Angola 2017» (le Congo-Brazzaville a désisté) vont disputer les éliminatoires pour désigner les cinq représentants (au lieu de trois) de l’Afrique en Chine. Auparavant, ce sont les trois premiers de l’Afrobasket qui étaient qualifiés pour le championnat du monde rebaptisé Coupe du monde de basketball.
Et à partir de cette édition 2017, c’est Fiba qui va désormais organiser l’Afrobasket ainsi que les compétitions similaires sur les autres continents tous les quatre ans. Mais, compte tenu des spécificités de notre continent, Fiba-Afrique est autorisée à organiser une compétition intermédiaire (Afro-Can) tous les deux ans.

Le Mali s’engagé à satisfaire le Cahier de charges de l’Afrobasket féminin «Bamako 2017»
Cette harmonisation a l’avantage de permettre aux pays d’avoir leurs expatriés généralement bloqués notamment en Europe en raison de calendrier. Pour mettre fin à cette injustice, la Fiba assure désormais tous les joueurs retenus pour une compétition continentale ou mondiale. Elle s’est aussi inspirée de la Fifa pour créer des «Dates Fiba».
Ainsi, de novembre 2017 à février 2019, six fenêtres seront ouvertes pendant lesquelles les championnats nationaux vont s’arrêter dans tous les pays pour laisser place aux éliminatoires de la Coupe du monde. «Les dates Fiba sont connues jusqu’en 2023», assure Hamane Niang, président de Fiba-Afrique.
«Actuellement, le basket-ball est géré par les bénévoles. On ne peut pas continuer comme ça. Chaque fédération doit avoir un secrétariat permanent avec des salariés disponibles à tout moment. Aussi, les fédérations doivent-elles se battre pour avoir des sponsors», indique M. Niang évoquant le développement des fédérations nationales qui ont un rôle essentiel dans la mutation en cours.
Le jeu du 3×3, doit faire son apparition aux Jeux olympiques «Tokyo 2020» (Japon). Il est donc primordial que l’Afrique se positionne déjà. «Le 3X3 sera une discipline majeure… Le Mali est qualifié pour la coupe d’Afrique 3×3. Les autres zones n’ont pas encore fini leurs éliminatoires. Le Mali est également qualifié pour le 3X3 en Hommes et Dames aux Jeux islamiques qui se dérouleront du 12 au 24 mai à Bakou, en Azerbaïdjan», a confié le président de la Fédération malienne de basketball (FMBB), Me Jean-Claude Sidibé, à nos confrères de L’Essor.
Notre pays va également organiser la seconde édition du tournoi 3×3 doté du trophée «Salamatou Maïga» au mois de septembre, juste avant l’Afrobasket féminin, «Bamako 2017». La première édition s’est jouée au Bénin l’année dernière et a été remportée par le Mali en filles et garçons.
En marge de la rencontre de Bamako, le gouvernement malien a signé avec Fiba-Afrique la Lettre d’engagement pour l’organisation de l’Afrobasket féminin en été prochain. C’est naturellement le ministre Housseini Amion Guindo qui a paraphé cet engagement en présence du président Hamane Niang de FIBA-Afrique, et du secrétaire général de l’instance dirigeante du basket continental, Alphonse Bilé. Et du coup, le Mali s’engage à satisfaire le Cahier des charges de la compétition.
«C’est avec une très grande fierté et un grand honneur que nous recevons la confiance de l’Afrique du basket-ball. Nous sommes très contents de cette marque de confiance et de ce geste de solidarité à l’endroit de notre pays», a déclaré le ministre des Sports lors de la signature.
«Notre joie est d’autant plus grande que le président de FIBA-Afrique est un Malien. Le basket a tout donné au Mali. Nous sommes très contents d’organiser cette compétition», a précisé Housseini Amion Guindo dit Poulô. Et de rappeler que, «au-delà de l’aspect sportif, c’est la fréquentation et la destination Mali qui seront à l’honneur pendant cette compétition».
L’Afrobasket féminin est prévue en septembre 2017. En dehors du Mali, hôte du tournoi, le Sénégal (champion d’Afrique), le Cameroun, le Nigeria, l’Angola et le Mozambique sont d’office qualifiés pour avoir occupé les cinq premières places du dernier Afrobasket féminin en 2015 au Cameroun. La Tunisie s’est aussi qualifiée dans sa zone.
A noter que le congrès ordinaire de l’instance africaine se tient tous les quatre ans au siège de Fiba Afrique ou dans une autre ville avec l’accord préalable de la Fiba. Il se tient la même année calendaire et au moins soixante (60) jours avant le Congrès électif de la FIBA. Il est électif. Toutefois, le mandat de l’instance dirigeante a été exceptionnellement porté à cinq ans dans la perspective des changements prévus d’ici 2019.
Le Congrès de mi-mandat se tient tous les deux ans au siège de Fiba Afrique ou dans une autre ville avec l’accord préalable de la Fiba. Celui-ci était le premier de l’équipe de l’ancien président de la FMBB et ex-ministre de la Jeunesse et des Sports ainsi que de la Culture, Hamane Niang porté à la tête du basket africain le 1er août 2014 à Madagascar.
Ce congrès du mi-mandat de Fiba-Afrique intervient un mois avant celui de One FIBA prévu en mai prochain à Hong Kong.
Moussa Bolly LE REFLET

Djibril Coulibaly

Voir aussi

COUPE OUMAR BABA TRAORE A BOUGOUNI : La finale de la 11e édition disputée dimanche prochain

La finale de la 11e édition de la coupe du président de l’Association des journalistes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *