dimanche 21 octobre 2018
Accueil | Société | Banditisme à Bamako : Un homme abattu à la gare de Sogoniko

Banditisme à Bamako : Un homme abattu à la gare de Sogoniko

Un autre drame s’est déroulé la nuit du jeudi au vendredi, vers 04h du matin à Bamako précisément à Sogoniko en commune VI. Pris en flagrant délit de vol par la victime, les bandits armés en question ont tiré sur lui. Âgé de 33 ans et père d’un enfant, Belco Sangaré Vendeur de Café a été touché à la cuisse de  trois balles, puis, succombe à ses blessures.

Âgé de 33ans, Belco Sangaré est un chef de famille et père d’un enfant à bas âge. Dans la nuit du jeudi au vendredi, comme d’habitude, cet homme quitte son domicile tôt le matin pour se rendre à son lieu de travail qui est situé à la gare de Sogoniko, en commune VI, où il est vendeur de Café. Sur le chemin, juste au niveau de l’Hotel Cocotier à Sogoniko son destin a été scellé par la rencontre des bandits qui étaient aux nombres d’au moins trois. Ceux-ci étaient en pleine action de brigandage quand Belco les a vus. Par instinct,  il a voulu intervenir pour interrompre leur opération. Et c’est  l’imprudence qu’il ne devrait pas, car cela lui a coûté la vie.

Mais selon son frère, Fousseyni Sangaré, le geste de son frangin s’explique du fait qu’il a été attaqué auparavant. Les agresseurs ont apporté avec eux, son téléphone portable, et la somme de 20.000 F CFA. Cela s’est produit il y a seulement un mois. Les témoins habitant aux environs du lieu de la scène disent qu’au moment où Belco s’est approché, il a reconnu un des brigands et c’est cette raison qui les a poussés  à le tuer. Ils ont tiré deux balles qui ont touché sa cuisse. Blessé, il a essayé dans son effroi de rentrer chez lui. Mais le mal était déjà fait, il a perdu beaucoup de sang. Et sur le chemin de retour, à 100 m du lieu de l’attaque, il tomba et succomba à ses blessures.

Le banditisme est devenu l’un des pires  fléaux que connaisse le Mali, un phénomène redouté par les populations maliennes. Il apparaît aujourd’hui comme une métastase qui s’est propagée depuis le Nord, passant par le centre pour se planter au Sud. Les jeunes maliens préfèrent aujourd’hui prendre les armes pour braquer les paisibles citoyens. Un constat déplorable.

La nuit de 7 au 8 avril, un autre commerçant, un boutiquier de Kati a été attaqué et assassiné par trois jeunes. C’était presque le même scénario qui est arrivé à Belco. Le gars a reconnu un de ses agresseurs ce qui lui a coûté la vie. Ils ont ensuite emporté sa moto et son coffre-fort.

Également, dans la région de Kayes, la même semaine, sept véhicules quittant Bamako pour Kita ont été attaqués.  Ils ont tous été dépouillés de leurs biens. Argent, or, téléphones, moto.

Dans une vidéo sur les réseaux sociaux, on voit une dame âgée en pleurs. Elle dit avoir tout perdu. Un passager parle de sa moto Djakarta apportée, un autre de 4.000.000 CFA.  En tout, comme argent, selon  les passagers, les bandits ont apporté un butin de 12.000.000. CFA.

Il est temps que les autorités s’occupent de cette situation lamentable.

Mohamed Yarra : LE COMBAT

Rédaction

Voir aussi

Avortements clandestins trop élevés chez les jeunes filles : L’une des causes de la stérilité féminine

L’avortement correspond à l’interruption volontaire d’une grossesse ou d’un fœtus.  C’est devenu une pratique pour la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *