mardi 11 décembre 2018
Accueil | International | Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : Le tigre malien cité dans le coup

Assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon : Le tigre malien cité dans le coup

Selon de nouveaux éléments de l’enquête que révèlent l’Agence France Presse (AFP) et le journal français L’Express: «Un témoin assure qu’une de ses sources lui avait confié qu’un des auteurs de l’assassinat des deux journalistes de RFI était en relation avec l’actuel Chef du gouvernement  malien». Cette information lui aurait été ensuite confirmée par un ancien Officier français. Celui-ci lui a dévoilé l’existence «d’une conversation entre Baye Ag Bakabo, le Chef du Commando qui a enlevé et exécuté les deux journalistes, et l’actuel Premier Ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, à l’époque Ministre malien de la Défense».  

C’est la toute première fois que le nom d’un Haut Responsable malien apparaît dans l’enquête sur l’assassinat de nos deux français. Le ciel malien est trop nuageux, ce qui ne promet rien de bon. C’est en pleine journée que Ghislaine Dupont et Claude Verlon,sortis d’une interview, ont été saisis, ligotés, jetés derrière un pickup pour être assassinés un peu plus loin de la ville de Kidal. Et, depuis lors, si ce sont des commentaires et la création d’un Prix Ghislaine DUPONT, rien n’avait été fait de concret concernant les enquêtes pour savoir ce qui s’est réellement passé. Rien, ni du côté français encore moins du côté malien où les deux journalistes ont été exécutés sauvagement. Sauf, des larmes, notamment celles du Président IBK.  Et cela dure depuis cinq (5) longues années. Le Chef de Commando, Baye Ag BAKABO, se la coulerait douce entre l’Algérie et le Nord du Mali. Vexée, bafouée et trainée dans les égouts et ne voyant rien venir, le 4ePouvoir(la presse) a décidé maintenant de prendre les choses en main. Cela commence par le Président français François Hollande et l’actuel PM du Mali Soumeylou Boubèye Maïga. En fait, le ciel commence à se dégager clairementau Mali. Si ces révélations se confirmaient au point d’emporter notre Tigre national, Soumeylou Boubèye Maïga, alors, son mentor IBK sera-t-il épargné? Au fond, avec l’ouragan annoncé à partir de la France et des États-Unis d’Amérique, en direction de la primature malienne, l’on est en droit de se dire que désormais c’est un arroseur qui est en passe d’être arrosé. Surtout, que l’Histoire du dossier de génocide du Centre du pays va se faire savoir même s’il y a eu déjà des démarches auprès de Paris et de la Haie pour tenter de l’étouffer dans l’œuf !

Face à l’inaction coupable des décideurs  politiques des deux pays, la presse occidentale a pris les choses (enquêtes) en main. Avec des résultats probants. De nouveaux éléments montrent ainsi que nous sommes sur un terrain mouvant. Et les juges ont été obligés de rentrer dans la danse à la suite des investigations rondement menées par nos confrères français et américains.

Côté médias maliens également, un de nos confrères qui connaissait très bien Ghislaine DUPONT a été entendu par le Juge, le 4 octobre dernier. Le Juge apprend ainsi que le Commando qui avait enlevé les deux journalistes pour les assassiner est dirigé par Baye Ag Bakabo, un  trafiquant, qui serait en contact avec un Officiel Malien. Convoqué et interrogé, un ancien Officier de l’Armée française en poste au Mali a confirmé à son tour au Juge (selon notre confrère Laurent LUGIER) que les Américains avaient intercepté des contacts téléphoniques entre Soumeylou Boubèye Maïga, Ministre de la Défense de l’époque et actuel Premier ministre et un membre du même Commando. LUGIER continue alors ses écrits en rappelant que SBM était un ancien Chef des renseignements et qu’il n’était pas un inconnu de la Justice française (donc, qu’il avait eu déjà des problèmes avec elle) et avait été mis en garde à vue là-bas une fois à Paris. C’était au sujet de l’affaire de Tommy. Une patate chaude dans les mains d’IBK.

Ces nouvelles révélations sur l’assassinat de nos deux confrères Ghislaine Dupont et Claude Verlon, il y a cinq ans, à Kidal, par deux médias français (l’Agence-France Presse et l’hebdomadaire L’Express) et des Américains, marquent une première étape dans la situation des responsabilités dont le nom de l’actuel Premier Ministre Soumeylou Boubèye Maïga est cité jusqu’aux preuves de contraire. Des accusations que l’intéressé qualifie de «grotesques».

Mahamadou YATTARA :LE COMBAT

 

Rédaction

Voir aussi

Après la mort de George H.W. Bush, des hommages affluent du monde entier

La présidence de George H. W. Bush, mort à 94 ans vendredi 30 novembre, aura …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

%d blogueurs aiment cette page :